ANNONCE

La Médiathèque départementale favorise la lecture des tout-petits Publié le
Date de publication
29 septembre 2020

Le dispositif "Premières pages" sensibilise à l'importance de la lecture dès le plus jeune âge
Le dispositif "Premières pages" sensibilise à l'importance de la lecture dès le plus jeune âge (Crédits : Alis Mirebeau)
Chapeau

La médiathèque départementale a obtenu le label « Première pages », un dispositif national mis en place par le ministère de la culture, qui vise à sensibiliser à l’importance de la lecture chez les plus jeunes. Ce label vient conforter un travail de longue haleine mené en Haute-Garonne pour améliorer la santé culturelle. Décryptage.

Corps

Favoriser l’accès à la culture et promouvoir la “santé culturelle” dès la naissance. Voilà le cheval de bataille de l’équipe de la médiathèque départementale depuis plusieurs années. « Après le confinement l’équipe s’est mise en ordre de marche pour positionner la culture comme facilitateur des autres cœur de métiers liées aux politiques départementales, dont le social», explique Romain Madoyan, directeur de la Médiathèque départementale, rappelant l’utilité de la lecture individuelle pour les plus jeunes : « Elle permet à l’enfant d’aller à son rythme et surtout d’être confronté à des sujets et non à des objets (contrairement aux écrans ndlr). »

Outiller et informer les travailleurs sociaux

L’opération "Premières Pages" s’intègre au Schéma départemental de lecture publique 2018-2021 et à la politique d’éducation artistique et culturelle (EAC), menés par le Conseil départemental. Le projet de la Médiathèque départementale, retenu par le ministère de la Culture, prévoit la mise en place de nouvelles actions en complément d’une politique d’acquisition, de formation et d’animation autour de la Petite enfance, de l’éveil culturel du tout-petit amorcée depuis plusieurs années avec les bibliothécaires du réseau départemental et les partenaires locaux.  « En 2020 nous avons formalisé un projet de développement sur plusieurs années avec des animations, des outils, des formations sur la sensibilisation à la lecture dès le plus jeune âge. Ce label « Premières pages » vient consolider une volonté forte et ajoute une impulsion pour proposer ces outils aux  acteurs du social », détaille Marie-Isabelle Planes, référente du dispositif Première pages en Haute-Garonne. L’objectif ? S’adresser en particulier aux publics éloignés de la lecture, en favorisant la construction de projets socio-culturels dans les bibliothèques et hors les murs, en lien avec les Maisons des solidarités, les espaces PMI, grâce à des outils d'animation dédiés, mais également proposer ces outils aux assistants maternels, assistants familiaux et familles d’accueil.
 

Des espaces dédiés à la petite enfance

Sur le terrain l’équipe est déjà dans le concret depuis plusieurs mois et se réjouit de la concrétisation qu’apporte ce label : « Nous avions fait un diagnostic de ce qui se faisait pour la petite enfance pour favoriser la venue des relais d’assistantes maternelles dans les bibliothèques. L’idée étant que les structures développent l’envie d’avoir un espace dédié à la petite enfance et les infrastructures adaptées», rapporte Christine Sibille, en charge de la coordination avec les bibliothèques du territoire. Avec"premières pages" une mission "Bébés-lecteurs" accompagnera dès cet automne une cinquantaine de bibliothèques afin de renforcer leurs actions autour de la lecture pour les plus petits. La Médiathèque départementale enrichira d’ici la fin de cette année les fonds de documents et livres pour la petite enfance autour du développement de l’enfant et de la parentalité pour un montant de 6000 € et prévoit la mise en œuvre d’animations et de formations à hauteur de 4200 €. Le Conseil départemental renforcera également, grâce à ce dispositif, la formation et le savoir-faire des bibliothécaires du réseau autour de l’éveil culturel du tout-petit, des interactions parents-enfants ou encore de la coordination entre les professionnels du livre et de la petite enfance. « En se diffusant en Haute-Garonne cette labellisation créé des émules et donne des idées aux structures locales : il y a une force de démultiplication ! » se réjouit Romain Madoyan.