ACTUALITÉ

27 mai : journée nationale de la Résistance Publié le
Date de publication
27 mai 2020

Plaque et citation de Lucie Aubrac a l'entrée du musée de la résistance
La « Journée nationale de la Résistance » rappelle les grands engagements de la Résistance. (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

Depuis 2014, le 27 mai, date de la première réunion du Conseil national de la Résistance (CNR) en 1943, est en France la journée nationale de la Résistance. Pour ne jamais oublier, le Conseil départemental s'engage à faire perdurer ces valeurs et à favoriser la transmission via le label Les chemins de la République. Chaque année des temps forts s’adressent à tous les publics en proposant des animations innovantes destinées à l’apprentissage et favorisant les échanges et le vivre-ensemble. Le Musée départemental de la résistance et de la déportation, dédié à cette période de l'histoire, va par ailleurs réouvrir ses portes début juin.

 

 

Corps
Texte

Le Musée départemental de la résistance et de la déportation

A la fois lieu d'histoire, de mémoire et centre de recherche et d’éducation à la citoyenneté, le musée départemental de la Résistance et de la déportation, créé en 1994 par le Conseil départemental propose une plongée dans l'époque 39-45. En février 2020, le Musée a rouvert ses portes au public après un an de travaux, dans un espace totalement revu. La crise sanitaire l'ayant contraint a fermer à nouveau ses portes, le site va pouvoir accueillir à nouveau du public à partir du mardi 2 juin. L'occasion d'y (re)découvrir un parcours permanent composé de près de 10 000 objets retraçant des faits marquants de la période 1939-1945 en Haute-Garonne (photos, lettres, cahiers, cartes postales, tenues, armes démilitarisées, etc.). 

Par ailleurs l'exposition Germaine Chaumel, est prolongée jusqu'au 31 décembre. Une occasion inestimable de découvrir les clichés de cette photographe durant l'occupation. (voir photos ci-dessous)

Plus d'infos sur le site du musée et leur page facebook

 

Text

Le circuit Haute-Garonne résistante

Conçu comme une marche exploratoire de l’histoire de la Résistance en Haute-Garonne, ce circuit commenté traverse Toulouse en 20 étapes. Un parcours pédestre qui permet d’évoquer des lieux d’histoire et de mémoire de l’ensemble du département et de rendre hommage à ceux qui ont combattu le régime nazi : François Verdier, Marie-Louise Dissard, Silvio Trentin, Jean-Pierre Vernant, etc.

Media document
Livret Haute-Garonne résistante 2020
Media document
Les jours heureux
Texte

"Le 27 mai 1943, en pleine occupation nazie, les résistants réunis autour de Jean Moulin, jetaient les bases d’une société nouvelle. L’impulsion de la réflexion dans l’urgence de la clandestinité fit taire les divergences politiques et syndicales au nom d’un idéal républicain, incarné par la création du Conseil National de la Résistance. Quelques mois plus tard cet idéal s’est concrétisé dans un programme appelé « Les jours heureux » : liberté, égalité, fraternité en étaient le socle.

 Dans une France en ruines, les résistants se donnèrent les moyens de créer une société plus juste et solidaire, avec l’instauration d'une véritable démocratie économique et sociale, le respect de la personne humaine; l'égalité absolue de tous les citoyens devant la loi et la prise en charge par l’Etat des plus démunis et des plus fragiles. Cette volonté de la Résistance s’est traduite par la création d’un plan complet de sécurité sociale et une organisation rationnelle de l'économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l'intérêt général (comme le retour à la nation des grands moyens de production et des sources d'énergie).

Après avoir restauré la pleine liberté de pensée, de conscience et d'expression; le programme se donnait les outils pour réaliser une société nouvelle comme le développement des coopératives agricoles et artisanales et l’instauration d’une retraite pour les travailleurs. Les jours heureux garantissaient également l’avenir par les mesures visant à l’égalité de tous les enfants de la République de bénéficier de l'instruction et d'accéder à la culture.

 C’est dans la continuité de ce programme que s’inscrit la journée commémorative du 27 mai initiée par la proposition de loi soumise au sénat en 2013 par mon ami, Jean-Jacques Mirassou, vice-président du Conseil départemental. L’adoption de cette loi a permis la création de la « Journée nationale de la Résistance » rappelant les grands engagements de la Résistance et permettant d’organiser des actions de transmission auprès des publics scolaires et des citoyens.

Tout ce programme de la Résistance est mis à mal par les néo-libéraux : menaces sur les retraites, sur les indemnités de chômage, sur l’hôpital, sur les services publics, avec une libéralisation et une privatisation à outrance."

Portrait Président George Meric
Les jours heureux
Livret Haute-Garonne résistante 2020