Partage facebook Partage whatsapp
Paramètrer les cookies Picto cookies
Partager sur les réseaux sociaux Picto réseaux sociaux
Remonter en haut de la page
PRÈS DE CHEZ VOUS

Ensemble, c’est mieux : quand seniors et jeunes cohabitent !

Date de publication
Publié le 4 novembre 2022
Temps de lecture : 4 min
Miniature
Article cohabitation jeunes seniors
© Alis Mirebeau
Légende

Cohabitation jeunes seniors avec Mieux ensemble

Chapeau

Pour faire face à la crise du logement chez les jeunes et lutter contre la solitude des seniors, il existe à Toulouse une solution d’habitat partagé intergénérationnel : Mieux ensemble. Portrait d’une association soutenue par le Conseil départemental, qui met en relation, depuis 10 ans, jeunes générations et seniors.

Corps v2

Mieux Ensemble a été fondée en février 2012 par Ghilaine Blanchard : « Il y a 10 ans, j’ai eu l’idée de cette nouvelle structure dans le cadre d’une reconversion professionnelle et alors que j’avais toujours travaillé dans le domaine des services à la personne ». Son objectif : créer à Toulouse une solution de cohabitation intergénérationnelle, dans le droit fil du réseau Cohabilis, qui regroupe près de 40 structures au national qui mettent en œuvre des solutions d’habitat partagé. Fidèle à ce principe, l’association met en relations étudiants ou jeunes actifs de 18 à 30 ans et seniors désireux de les héberger. Pour les jeunes, il s’agit là d’un mode de logement  à l’ambiance familiale et à loyer modéré (plafonné à 250 euros par mois) tandis que pour les seniors, c’est l’opportunité de rompre l’isolement.

« Nous avons commencé les cohabitations en 2014 à Toulouse et dans les communes de la périphérie, car la demande de logements des jeunes se concentrent sur l’aire métropolitaine. Notre objectif est de créer du lien , en constituant des binômes harmonieux. Une fois la mise en relation faite, la validation du jeune et du sénior, le binôme est constitué. Un cadre est posé avec une convention signée et un suivi est mis en place. Chaque demande de jeune (étudiant, alternant ou jeune actif) est donc étudiée, dossier et entretien à l’appui », explique Ghilaine Blanchard. Les profils des jeunes sont variés. Cela va de très jeunes de 18 ans, souvent issus de petites villes et un peu perdus hors du cocon familial aux 25-30 ans, en reconversion professionnelle, à la recherche d’un endroit calme et rassurant. Mieux ensemble s’emploie  de trouver les meilleurs profils de seniors correspondants. « Nous faisons du cousu main », résume la fondatrice de l’association. Les cohabitations durent 10 mois au maximum renouvelables s’ils le désirent. Pour les seniors, cette solution de cohabitation permet de combler la solitude. « Nos retraités doivent être autonomes – le dispositif ne s’appliquant pas aux personnes présentant une grande fragilité et dépendance. Ils doivent disposer d’une chambre et avoir l’envie d’accueillir un jeune chez eux. Et bien sûr, ça leur fait aussi un petit complément de revenu. Dans ces cohabitations, rien n’est imposé, mais l’état d’esprit est à la bienveillance. La cohabitation peut prendre fin à tout moment avec un prévis d’1 mois, c’est très souple. », explique-t-elle. 

Ce suivi sur-mesure remporte l’adhésion de ceux qui ont franchi le pas, à l’instar de Michelle Coumes, habitante de Saint-Orens qui accueille Céline, étudiante et originaire de Savoie : « Quand je me suis retrouvée seule il y a 4 ans, j’avais envie de partager ma maison, mes 3 chambres libres et mon jardin avec quelqu’un de la jeune génération pour discuter, et ce sans préjugés. C’est comme ça que j’ai découvert l’association. Ma motivation première : le partage. Cela s’est toujours bien passé et je garde d’excellents contacts avec celles que j’ai accueillies. Et d’un point de vue pécuniaire, cette source de revenus supplémentaires me permet de me faire davantage aider. » Entre elle et Céline, qui habite chez elle depuis quelques mois, la complicité est palpable : « Après une expérience dans une famille en Isère, j’ai voulu réitérer l’expérience, à mon arrivée à Toulouse. Retrouver une atmosphère familiale est essentielle à mon bien-être, surtout loin de chez moi. Michelle, c’est une belle rencontre très enrichissante. Avec elle, j’ai toujours quelqu’un qui se soucie pour moi, avec qui partager les bons moments comme les petits soucis du quotidien. Et puis loger à Toulouse, cela reste très cher, là je ne paie que 200 euros par mois », raconte l’étudiante. Une expérience gagnante-gagnante pour chacune donc. 

Si la demande étudiante est forte avec en moyenne  400 demandes par an et notamment durant la période précédant la rentrée universitaire, Mieux Ensemble est à la recherche , constante de nouveaux seniors, habitant Toulouse ou son agglomération. Tentés par l’expérience ?