Partage facebook Partage whatsapp
Paramètrer les cookies Picto cookies
Partager sur les réseaux sociaux Picto réseaux sociaux
Remonter en haut de la page

Coralie Poret-Creunet, une juriste aux côtés des femmes

Date de publication
Publié le 16 janvier 2023
Temps de lecture : 2 min
Miniature
Coralie Poret-Creunet, directrice du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles Haute-Garonne (CIDFF 31)
© Aurélien Ferreira
Légende

Coralie Poret-Creunet, directrice du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles Haute-Garonne (CIDFF...

Chapeau

Depuis 2021, Coralie Poret-Creunet est directrice du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles Haute-Garonne (CIDFF 31), qui fait partie de l’Observatoire départemental des violences faites aux femmes. Portrait.

Corps v2

Sa formation de juriste a donné à Coralie Poret-Creunet le sens de la rigueur. Une femme de dossiers, organisée et méthodique, l’histoire aurait pu en rester là. Mais c’était sans compter le goût pour l’engagement qu’elle tient de ses parents, père syndicaliste, mère élue municipale, goût qu’elle a aujourd’hui transmis à sa fille de 17 ans. De ses origines aussi, Amiens plus précisément, terreau historique de luttes sociales. « J’ai toujours voulu donner du sens à mon travail. Depuis vingt ans, j’ai donc évolué dans le domaine associatif, comme salariée ou bénévole », raconte-t-elle. C’est à Toulouse que Coralie Poret-Creunet trouve pourtant sa terre de cœur. En 2020, retournée depuis dix ans en Picardie, la diplômée de l’Université Toulouse-Capitole revient en Haute-Garonne, avec mari et enfants. Elle devient, en 2021, directrice du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles 31 (CIDFF31) qui fait partie de l’Observatoire départemental des violences faites aux femmes. L’association œuvre dans le domaine de l’information des femmes et des familles afin de favoriser leur autonomie sociale, professionnelle et personnelle.

Travailleuse acharnée

Cette travailleuse acharnée s’investit sans relâche, lit beaucoup sur la question des violences et des discriminations et accompagne régulièrement son équipe (dix-neuf salariés et salariées sans compter les bénévoles) dans l’une des douze permanences du territoire. « Au-delà de mon rôle qui consiste à impulser les grandes orientations, y compris l’accompagnement des auteurs de violences, je me fais un devoir d’être sur le terrain. C’est ce qui me nourrit. ». Au quotidien, le CIDFF 31 épaule, grâce à son expertise juridique reconnue, les victimes de violences, otages de relations toxiques, ou des femmes en difficulté après un veuvage, etc. La mission est vaste, alors que la parole se libère de plus en plus. Face à la noirceur, parfois de beaux épilogues s’écrivent comme celui de cette femme, aujourd’hui cadre dans un grand groupe, qui après avoir été accompagnée par le CIDFF 31, a pu se libérer de l’emprise de son compagnon et a souhaité renvoyer l’ascenseur en faisant un don conséquent à l’association. Et Coralie Poret-Creunet de conclure : « Elle a repris les commandes de sa vie, mission accomplie pour nous ! ».