PORTRAIT

Farruquito, danseur de flamenco

Date de publication
Publié le 23 juin 2022
Temps de lecture : 2 min
Miniature
Farruquito au Département pour l'Espagne sur son 31
© Jean-Louis Duzert
Légende

Farruquito au Département pour l'Espagne sur son 31

Chapeau

Si le bailaor Juan Manuel Montoya est surnommé Farruquito, c’est en l’honneur de son grand-père, l’illustre Farruco, dont il a à l’évidence hérité des dons exceptionnels. Depuis plus de vingt ans, au fil de spectacles souvent créés « en famille », il a conquis une renommée internationale grâce à une danse à la fois authentique et raffinée. Íntimo, qu’il interprète en solo accompagné de ses musiciens fétiches lors de la soirée l'Espagne sur son 31 le 8 juillet 2022, plonge en six séquences les spectateurs, de la seguiriya à l’exaltante fin de fiesta, au cœur de l’histoire et des traditions flamenca et de sa propre identité. Entretien.

Corps v2

Quel répertoire allez-vous présenter sur scène lors de la prochaine soirée espagnole au Conseil départemental et quelles émotions souhaitez-vous transmettre au public ?

Comme le dit son nom, « Íntimo », le concept du spectacle est la re-création de moments d’intimité où la musique, le chant et la danse sont l’expression de ce qui se passe à chaque instant. C’est comme si le public n’était pas là et qu’il s’agissait d’une réunion de famille ou d’amis. Cependant je souhaite que le public fasse partie de cette rencontre et puisse vivre cette histoire à la première personne.

Vous êtes descendant d’artistes reconnus du flamenco. Quelle place la tradition occupe-t-elle dans votre art et, a contrario, quelle touche de modernité lui apportez-vous ?

La tradition, c’est mon origine et elle fera toujours partie de moi. Mais en même temps suivre les conseils de ma famille signifie avoir de la personnalité et apporter ainsi quelque chose de différent dans les formes d’expression de ce que l'on est.

Que signifie, pour vous, vous produire à Toulouse, une ville qui a accueilli de nombreux réfugiés espagnols ?

Cela signifie à la fois du plaisir, du respect et un peu de trac. En effet je suis, comme toujours, reconnaissant mais je sais aussi la belle afición à l’art et au flamenco qu’il y a à Toulouse. Cela mérite qu’on se donne à fond.

Pour plus d'informations :