PORTRAIT

Kyrian Vallée, infatigable marcheur Publié le
Date de publication
30 avril 2021

Kyrian Vallée portrait
Après s'être essayé au saut de haies puis au demi-fond, Kyrian Vallée s'épanouit désormais dans la marche athlétique. (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

Ils sont champions d’athlétisme, de handibasket, d’aviron, de natation et sont ambassadeurs sportifs de Haute-Garonne. Cette semaine, rencontre avec Kyrian Vallée, marcheur licencié au CA Balma.

Corps

« Qui a l’habitude de marcher, se fatigue s’il s’assied », dit un proverbe africain. Rien d’illogique, donc, à voir le marcheur athlétique Kyrian Vallée avaler des kilomètres par centaine chaque semaine. A pied, bien sûr, mais aussi à vélo et dans l’eau. « Je ne sais pas ne rien faire », explique-t-il. Ayant grandi auprès d’un père militaire, d’un frère triathlète et d’une sœur passionnée d’équitation, Kyrian a fait ses premières foulées autour d’un stade à l’âge de 12 ans. Conquis par l’esprit collectif de l’athlétisme, il n’a plus jamais quitté la piste. « On était toute une bande de copains de la même génération, on s’est motivé et on a progressé ensemble, explique-t-il. On est bien sûr seul en compétition face à ses adversaires, mais le soutien de toute l’équipe reste essentiel. » 

La recherche du meilleur compromis

Passé d’abord par le saut de haies, il s’oriente par la suite vers le demi-fond mais ne rechigne pas, lors des interclubs, à enfiler les chaussures de marche athlétique pour « dépanner », faute de concurrents disponibles. « Les marcheurs sont une denrée rare ! », souligne-t-il. La discipline ne lui déplaît pas et il finit même par envisager une reconversion. « Je ne progressais plus comme je le voulais dans le demi-fond. En juin 2016, mon premier 20 km a agi comme un déclic. J’ai retrouvé l’envie. C’était un nouveau challenge pour moi ! » 

Ce qui l’anime, désormais : la recherche permanente du compromis entre la vitesse et la technique. « Un 20 km ne s’aborde pas en bloc, on s’adapte en permanence à ses adversaires, aux conditions météo, à soi-même. Et à un moment, il faut aussi savoir lâcher prise. » Optimiste et persévérant, l’athlète balmanais a décroché le bronze aux derniers championnats de France Elite en salle (5000 mètres) et vise désormais une sélection tricolore pour les championnats d’Europe. « Grâce à la bourse du Conseil départemental, j’ai pu faire un stage avec l’équipe de France au Portugal, en janvier dernier, et rencontrer Yoann Diniz (triple champion d’Europe et recordman du monde du 50 km marche, ndlr). Je suis rentré gonflé à bloc ! »