PORTRAIT

Olympe de Gouges : « Aider les femmes victimes de violences à se reconstruire » Publié le
Date de publication
24 août 2020

Florie Sobral (à gauche) est éducatrice spécialisée au sein de l’association Olympe de Gouges.
Florie Sobral (à gauche) est éducatrice spécialisée au sein de l’association Olympe de Gouges. (Crédits : Alexandre Ollier)
Chapeau

La Haute-Garonne est un territoire dynamique, le nombre de structures associatives qui s'y développent en est une preuve tangible. Soutien quotidien du milieu associatif, le Département vous amène à la rencontre des acteurs locaux. Rencontre avec Florie Sobral, éducatrice spécialisée au sein de l’association Olympe de Gouges.

Corps

Quelle est votre mission au sein d'Olympe de Gouges?

J’ai intégré l’association il y a deux ans avec une double mission. D’une part, accueillir des femmes en demande d’hébergement lors de permanences sans rendez-vous*. D’autre part, je fais partie de l’équipe qui gère le centre d’hébergement et de réinsertion sociale de l’association, qui accueille dix-huit femmes au total (dont certaines avec enfants). Qu’elles aient quitté leur domicile il y a plusieurs mois ou qu’elles viennent de franchir le pas, leur point commun est qu’elles sont très fragilisées quand elles arrivent ici.

Comment l'association accompagne-t-elle ces femmes?

Notre rôle est de leur apporter un soutien (leur proposer un espace de parole), s’occuper de leur santé très souvent dégradée, puis les aider dans leurs démarches juridiques (mise en lien avec un avocat, préparation du dépôt de plainte) et administratives (ouverture de droits, ouverture d’un compte bancaire pour retrouver une autonomie financière). Dans un deuxième temps, lorsqu’elles ont regagné confiance en elles, nous travaillons sur l’insertion professionnelle. L’objectif est qu’elles parviennent, au bout d’un an et demi en moyenne (parfois beaucoup plus), à réintégrer un appartement autonome.

C'est donc un accompagnement global ?

C'est en effet ce qui est intéressant avec l’association Olympe de Gouges – qui possède d’autres services comme l’accueil de jour, le service de logement temporaire ou la maison relais – nous accompagnons les femmes victimes de violences dans l’ensemble de leur parcours, à partir du moment où elles décident de quitter le domicile jusqu’à ce qu’elles se soient reconstruites et qu’elles aient retrouvé leur autonomie.