PORTRAIT

Ugo Didier multiplie les longueurs pour briller à Tokyo  Publié le
Date de publication
5 mars 2021

Ugo Didier, nageur handisport au Cercle des nageurs de Cugnaux
Ugo Didier, nageur handisport au Cercle des nageurs de Cugnaux (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

Ils sont champions d’athlétisme, de handibasket, d’aviron, de natation et sont ambassadeurs sportifs de Haute-Garonne. Deux fois par mois retrouvez ces sportives et sportifs qui portent également les couleurs de la Haute-Garonne. Cette semaine, rencontre avec  Ugo Didier qui espère décrocher une médaille sur 100 mètres dos et 400 mètres nage libre.

Corps

Tokyo en 2021 puis Paris en 2024. A 19 ans, Ugo Didier, licencié au Cercle des nageurs de Cugnaux, s’est fixé des objectifs clairs et précis pour les quatre prochaines années. Déjà qualifié pour les jeux paralympiques de Tokyo, du 24 août, le nageur haut-garonnais n’a pas l’intention d’accomplir 10 000 kilomètres en avion pour faire de la figuration. “A Tokyo j’y vais pour décrocher la médaille d’or“, lance-t-il d’emblée. Même s’il sait que la concurrence des nageurs italiens, espagnols ou australiens lui donnera du fil à retordre. Bosseur et acharné, Ugo Didier qui est également ambassadeur sportif du Département, nage depuis près de dix ans et se donne les moyens pour atteindre ses objectifs : inscrit à l’INSA Toulouse où il suit des études d’ingénieur de la construction, il a étalé sa scolarité sur 7 ou 8 ans afin d’intégrer ses 20 heures d'entraînement hebdomadaire et disputer les compétitions dans de bonnes conditions. 

Compétitions en valide puis en handisport

C’est le prix à payer pour pouvoir descendre en dessous de la minute sur 100 mètres dos et faire 4 minutes et 8 secondes en 400 mètres nage libre, les deux spécialités sur lesquelles il va s’aligner au Japon. Né avec des pieds bots et une atrophie des membres inférieurs, Ugo Didier débute la natation “car c’est le seul sport que pouvais faire, je ne peux ni courir ni sauter, et puis je voulais apprendre à nager “. De fil en aiguille, Ugo Didier continue à s’entraîner avec ses copains valides au Cercle des nageurs de Cugnaux, “c’est très motivant de nager avec des gens qui vont plus vite que moi“ et dispute même des compétitions régionales et nationales. Avant de découvrir par hasard en 2015 qu’il pouvait s’aligner sur les compétitions handisport. Cet apprentissage a forgé son caractère et son physique qui lui permettent aujourd’hui d’afficher un joli palmarès, champion du monde du 100 m en 2017 et champion d’Europe en 2018, et des ambitions ... insubmersibles!    

Ugo Didier, nageur handisport au Cercle des nageurs de Cugnaux
Ugo Didier, nageur handisport au Cercle des nageurs de Cugnaux (Crédits : Aurélien Ferreira)