ACTUALITÉ

Violences faites aux femmes : le Département s'engage Publié le
Date de publication
27 janvier 2020

L'association Femmes de papier
Image d'illustration à l'association "Femmes de Papier". (Crédits : Alexandre Ollier/CD31)
Chapeau

Les élus départementaux, réunis le 28 janvier en session, ont voté les orientations stratégiques du futur plan d’actions dédiées à la prévention et à la lutte contre les violences faites aux femmes. L'objectif ? Améliorer l’accompagnement des femmes victimes de violences, la protection des enfants et la prévention de la récidive, mais également de renforcer les partenariats avec les services de l’État, la justice ou les associations spécialisées.

Corps
Text

Le Département a déjà adopté en juin 2019 un plan départemental pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes. Désormais un nouveau cap est franchi par l'élaboration en cours d'un plan départemental d'actions dédiées à la prévention et à la lutte contre les violences faites aux femmes. Le Conseil départemental est déjà fortement impliqué, via l’action de ses services de solidarité qui informent et accompagnent les victimes. Dans le cadre du plan départemental d’insertion,  cinq associations (APIAF, Olympe de Gouges, Du côté des femmes, Femmes de papier et CIDFF) sont par ailleurs soutenues par le Département pour leurs actions d’accueil, d’information et d’accès aux droits des femmes.

Text

Aujourd'hui, pour mieux accompagner les femmes victimes de violence, protéger les enfants et éviter les récidives, plusieurs orientations stratégiques s'ajoutent à l'action départementale :

  • Créer des lieux d’accueil d'hébergement dédiés, pour lesquels les femmes victimes de violences avec enfants de moins de 3 ans seront prioritaires, car l'accueil et la mise à l'abri des femmes victimes de violences est le premier acte essentiel pour assurer leur protection.
  • Améliorer la protection et la prise en charge des enfants témoins et co-victimes : parce que les violences faites aux femmes relèvent aussi de la sphère de la parentalité lorsque les femmes victimes ont des enfants à charge qui sont témoins et/ou victimes eux-mêmes de violences.
  • Optimiser l’accompagnement des partenaires associatifs et de justice pour une meilleure coordination et un maillage plus efficace sur les territoires.
  • Éviter les risques de récidive par l'accompagnement des auteurs de violence, en soutenant les structures spécialisées sur le territoire.
  • Accentuer la professionnalisation des missions départementales d’accueil, d’orientation et d’accompagnement, par un développement des actions de sensibilisation et des outils de repérage, pour la prévention