Conférence & cinéma : le maquis de Saint-Lys

Samedi 17 juin à Saint-Lys, dans le cadre des Chemis de la République

Le projet « Les chemins de la République » initié par le Conseil Départemental  vise à travers différents supports à faire vivre, débattre et partager avec le plus grand nombre, sur l’ensemble du territoire départemental, les valeurs républicaines.

Les résistants furent des femmes et des hommes conscients de leurs différences, parfois même de leurs divisions. Mais ils étaient aussi des individus profondément convaincus que ce qui les rassemblait était infiniment plus fort que ce qui les séparaient. Au moment où d'autres dangers, d'autres orages, d'autres menaces frappent au cœur même des principes de notre République, cet enseignement-là est peut-être le bien le plus précieux de tout l'héritage qu'ils nous ont transmis. Il nous appartient de maintenir vivant cet esprit de la Résistance, et de le porter à notre tour. Il est le garant de notre Liberté.

En Haute-Garonne, Saint-Lys porte une histoire forte, avec la constitution du « maquis de Saint-Lys » par des figures de l’engagement socialiste avant-guerre et dans la Résistance (Jean Chaubet, Eugène Viguier, Camille Vié…), son attaque et sa destruction le 12 juin 1944 par une unité de la Waffen SS Das Reich.

La projection de  ce film autour  du moment de commémoration de cette attaque permet de poser un regard plus actuel sur les valeurs et « l’esprit de Résistance », dont parlait Serge Ravanel

Il interroge sur les liens entre histoire et mémoire, et il pose la question de l’engagement aujourd’hui, fondé sur les valeurs de la Résistance, autour de la réalité du vivre-ensemble dans la société d’aujourd’hui (résistance, solidarité, égalité…).,  qui sera largement abordé à partir de l’Automne 2017 dans le cadre des Ciné-débats autour d’une rétrospective Gilles Perret, sur les thèmes développés par le réalisateur , avec la programmation de 20 projections de 14 documentaires sur tout le territoire du département.

Le Maquis de Saint-Lys

Les différents chefs de la résistance toulousaine décidèrent de la constitution d’un maquis dans les environs de la commune de Saint-Lys à la suite des messages radio annonçant le débarquement allié en Europe. Ils donnent l’ordre le 7 juin 1944 de monter au maquis de Saint-Lys. En quelques jours le maquis compte 160 volontaires.  Parmi eux, beaucoup de Toulousains : ouvriers de la Cartoucherie ou  de l’ONIA, employés de la Mairie de Toulouse, Républicains espagnols, ….

Devant cette affluence le manque d’armes et de munitions est patent. Le maquis attend le message de Radio Londres devant annoncer un parachutage 24 heures plus tard. Mais le 12 juin alors que le message ne s’est toujours pas fait entendre sur les ondes, une colonne de la Division SS Das Reich composée de 600 hommes équipés de canons et de mitrailleuses arrive aux abords de Saint Lys, surprenant totalement  villageois et les quelques maquisards présents, la plupart sans armes,   la grande majorité des hommes étant  partis s’installer à quelques kilomètres.

Ils vont devoir affronter  mal armé et sans moyens  une colonne de chars Allemands et sont anéantis par la puissance de feu allemande. 9 sont tués, ainsi que 12 victimes civiles, assassinées, tombées sous le feu des représailles sur les communes de Saint-Lys, Bonrepos sur l’Aussonnelle et Saiguède.

Walter retour en résistance - Film documentaire français de Gilles Perret - 2009

Walter Bassan, ancien résistant, ancien déporté a Dachau, haut-savoyard et voisin de Gilles Perret, a 82 ans et continue son long combat. A 18 ans il distribuait des tracts antifascistes dans les rues d’Annecy, alors occupée. Aujourd’hui, face à un monde où l’inégalité et l’injustice gagnent sans cesse du terrain, Walter pose toujours les questions qui dérangent…

Qu'avons-nous fait des acquis du Conseil National de Résistance, qui prônait dès 1943 et mettait en place dès 1945 la sécu, les retraites par répartition, la nationalisation des besoins vitaux de l'économie, la séparation de la presse des pouvoirs d'argent...

Walter Bassan et ses camarades John Berger, Stéphane Hessel… nous interrogent : peut-on encore conjuguer au présent le verbe « Résister » ?

Walter et ses amis  nous rappellent , sur fond de politique actuelle,  que la résistance se pratique au quotidien,... nous transmettant leur engagement sur la nécessité d'indignation et de résistance contre les attaques faites aux droits de l'homme et nous parle des combats de la résistance, de la dénonciation, de la torture, de la vie quotidienne dans un camp de concentration, du combat politique et syndical, de la manipulation de la presse, de la récupération et du devoir de mémoire.


16:00 : conférence sur l'histoire du maquis de Saint Lys et l'actualité des valeurs de la Résistance à la mairie de Saint Lys (par le Musée départemental de la Résistance et de la Déportation)

20:30 : projection en plein air du film de Gilles PERRET « Walter Retour en Résistance » sous la halle de Saint Lys, suivi d’un échange.

Page publiée le 09 juin 2017