DOSSIER

Le nouveau collège de Cintegabelle

Date de publication
Publié le 27 août 2022
Temps de lecture : 5 min
Collège Cintegabelle
© Aurélien Ferreira/CD31
Légende
Nouveau collège de Cintegabelle, accessible dès la rentrée scolaire 2022.
Chapeau

La construction de ce nouvel établissement, d’une capacité de 400 élèves, permet de faire face à la forte pression démographique du secteur et de délester le collège d’Auterive.

Corps v2

Bienvenue dans un bâtiment très "nature"

Situé sur la commune de Cintegabelle, au lieu-dit Laurède connu pour avoir été durant les XIXe et XXe siècles le théâtre de découvertes archéologiques, antiques et médiévales remarquables, le projet portait sur l’édification d’un nouveau collège haute qualité environnementale et la valorisation de son écrin paysager naturel.

Le nouveau collège de Cintegabelle offre une capacité de 400 élèves au cœur d’un paysage de campagne surplombé par son village. L’architecture épurée, ouverte sur les superbes vues offertes par le site, comporte un toit terrasse et donne en son sein la part belle aux végétaux. Elle exprime avec détermination la sobriété énergétique et la volonté de réduire l’impact carbone. Le bois est ici le matériau roi, présent sur toutes les façades souvent dotées de brise-soleil pour une isolation éco compatible.

L’entrée principale est conçue comme un parvis-préau traversant, sous le bâtiment central vers la cour de récréation et le plateau sportif. Dans cet espace ouvert se trouve l’escalier monumental menant à l’étage réservé aux salles de classes (certaines avec vue sur les Pyrénées). Le rez-de-chaussée se départage entre, à gauche l’administration et le bureau des surveillants, et à droite le foyer du personnel, l’infirmerie, la salle informatique et la cantine.

La salle de restauration et le foyer des élèves, donnant sur la cour de récréation, illustrent la capacité du bâtiment à jouer en intérieur avec la lumière naturelle, notamment au moyen de magnifiques puits de jours et de larges fenêtres.

Le plateau sportif avec sa piste d’athlétisme, ses terrains de hand et de basket prolonge la cour de récréation et s’associent au gymnase tout proche, construit et géré par la Communauté de communes du Bassin Auterivain. 

Une démarche environnementale exemplaire pour un nouveau collège

Le projet comprenait la construction du collège proprement dit, de trois logements de fonction, d’un plateau sportif, d’un parking bus de capacité 8 places, d’une aire de stationnement de 60 places pour les véhicules légers, d’un parvis extérieur et d’un espace de dépose minute. 5600 m² de surface de plancher seront construits.

Le projet s’inscrit dans le cadre d’une démarche de performance énergétique (niveau BEPOS), et de qualité environnementale :

  • Le chauffage géothermique fonctionne grâce à une installation de forage de la chaleur à 150 mètres en sous-sol.
  • Les matériaux de construction bio sourcés utilisés répondent à des normes de faible empreinte carbone, comme les bois utilisés en façade et pour les fenêtres.
  • Des panneaux solaires installés sur le toit permettent de subvenir à sa propre consommation d’énergie, avec un bilan annuel équilibré entre les
  • énergies produites et consommées.
  • Un chemin piétons-cycles encourage les modes actifs de déplacement.
  • Un grand nombre d’arbres d’essences locales sont plantés dès maintenant sur le terrain autour du nouveau collège.


Des découvertes remarquables : le sol de Califour et Rego Loungo a livré ses secrets

Des fouilles préventives ont été menées du printemps à l’automne 2019 sur le terrain d’implantation du collège (1,3 hectare), par l’équipe du bureau d’études et de valorisation archéologiques Eveha, sous la responsabilité d’Alexis Corrochano docteur en archéologie. 

Squelette lors des fouilles, le 14 juin 2019
© Rémy Gabalda
Fouilles, le 14 juin 2019

Les 700 vestiges, dont 420 sépultures et 200 pièces de monnaie, issus de ces fouilles montrent une présence antique (du IIIème au Vème siècle de notre ère) ainsi que du Haut Moyen Âge (du VIème au Xème s.) et du Moyen Âge central (du XIème au XIIIème s.), sous la forme d’une nécropole puis d’éléments témoins d’un espace rural cultivé. 

Frise des fouilles

De la période antique, les lieux ont révélé un mausolée gallo-romain à hypogée, espace funéraire souterrain de forme carrée, au sol en mortier, avec subsistance de murs en élévation. À quelques mètres, un trésor monétaire de 200 pièces dans une amphore brisée a également été mis au jour ; la première étude numismatique estime son possible enfouissement dans la seconde moitié du IIIème siècle.



Hypogée et murs du mausolée de Cintegabelle
© EVEHA
Hypogée et murs du mausolée gallo-romain
© EVEHA
Trésor monétaire et amphore du IIIème siècle de notre ère

Ce mausolée fit place au début du Moyen Âge à une vaste nécropole de plus de 420 sépultures qui fournissent de nombreux éléments d’analyse de la population rurale de cette époque de transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge plus récent que nous connaissons mieux. Les vestiges des XIème-XIIème siècles découverts sur le site indiquent un milieu alors voué à l’agriculture et au stockage des denrées (poteaux, fours, silos).


L’ensemble des trouvailles associées à Califour et Rego Loungo fait l’objet d’analyses en laboratoire (pendant deux ans) avec processus de lavage, de traitement et de classement minutieux. La totalité des pièces inventoriées sont maintenant propriétés de l’État et de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) qui décidera de leur destination. Elles pourront servir au travail d’étudiants en archéologie ou peut-être rejoindre les trésors du Musée Saint-Raymond de Toulouse. 

Ouverture du collège en 2 temps : 2021 et 2022

Le chantier, précédé comme prévu d’une campagne de fouilles préventives, a été contraint de s’arrêter pendant deux mois de confinement auxquels s’est ajouté un mois nécessaire pour l’adaptation aux nouvelles normes sanitaires.

Devant ce ralentissement du chantier, le Conseil départemental de la Haute-Garonne a pris la décision en août 2020 de lancer un nouveau marché pour la construction d’un établissement provisoire qui ouvrira d’ores et déjà ses bâtiments modulaires à trois classes de 6e (90 élèves) en septembre 2021.

La réception des travaux a eu lieu en octobre 2021 et le collège livré en janvier 2022.

Les chiffres

  • 18,3 millions d’€ TTC pour les travaux du collège dont 1,06 million d’€ TTC pour le chantier des fouilles et 600 000 € TTC pour l’établissement provisoire.
  • Financement par le Département à hauteur de 13 699 067€HT
  • 1 500 000€HT de participation de l'État
  • 99 280€HT de participation de l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)
  • 118 320€HT de participation du Conseil régional