À LA UNE

Brendan Fravalo veut bousculer les stéréotypes de genre Publié le
Date de publication
25 février 2021

Brendan Fravalo
Le jeune homme a co-créé un jeu de société ludo-éducatif qui a pour vocation de bousculer les stéréotypes (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

Avec ses comparses des Dodos designers, Brendan Fravalo est le co-créateur toulousain d’un jeu destiné à lutter contre les stéréotypes de genre. Une idée lumineuse pour laquelle il a bénéficié de la bourse Initi’active jeunesses mise en place par le Département. L’objectif ? Soutenir des projets innovants portés par des jeunes haut-garonnais. 

Corps

« Lors de mes études en arts appliqués, je me suis orienté vers la thématique « design et genres ». Je trouvais intéressant de se poser la question de savoir si un objet pouvait lui aussi véhiculer un stéréotype », explique Brendan Fravalo. C’est ainsi que pour son projet de fin d’études, le jeune homme aujourd’hui âgé de 25 ans s’intéresse à la question de l’égalité femmes-hommes, et qu’il réalise, en partenariat avec l’association Artémisia, une « malle pédagogique » à destination des enfants dont l’objectif est de lutter contre les stéréotypes de genre dans les écoles. 

L’égalité femmes-hommes en jeu

Comme un prélude à son nouveau projet sur lequel il planche depuis plus d’un an et pour lequel il a bénéficié du soutien du Conseil départemental à travers le dispositif Initi’active jeunesses. « Avec l’appui de l’association les Dodos designers, que j’ai créée avec deux amis, Victor Carrusca et Samuel Bothorel, nous avons démarré le projet « l’égalité en jeux », un jeu de société ludo-éducatif qui a pour vocation de bousculer les stéréotypes », détaille Brendan Fravalo. Le « pitch » consiste en la déconstruction d’idées reçues autour des métiers qui seraient considérés comme plutôt réservés aux hommes tels que politicien ou scientifique par exemples. « Nous sommes actuellement en phase de test auprès des enfants dans des établissements scolaires. Nous espérons voir le projet se concrétiser avec une mise en production du jeu d’ici la fin de l’année, notamment grâce à l’aide financière du Département », conclut le jeune créateur.