Partage facebook Partage whatsapp
Paramètrer les cookies Picto cookies
Partager sur les réseaux sociaux Picto réseaux sociaux
Remonter en haut de la page
REPORTAGE

Centre de santé sexuelle : 3 questions au Docteur Marie-Françoise Gau

Date de publication
Publié le 8 novembre 2022
Temps de lecture : 3 min
Miniature
Marie-Françoise Gau, responsable du Centre de santé sexuelle
© Aurélien Ferreira
Légende

Marie-Françoise Gau, responsable du Centre de santé sexuelle

Chapeau

Avec 6600 consultations assurées en 2021, le Centre de santé sexuelle de Haute-Garonne est un des plus importants de France. Lieu d’accueil, d’information et de consultation public, gratuit et anonyme, c’est un des maillons incontournables de la politique du Département en matière d’égal accès à la santé. Rencontre avec sa responsable, le Docteur Marie-Françoise Gau.

Corps v2

En Haute-Garonne, le choix a été fait en 2006 que le Centre de santé sexuelle soit un service géré directement par le Département, et non par des associations ou des CHU, comme c’est le cas dans d’autres départements. En 2022, notre structure change de nom. De Centre départemental de planification et d’éducation familiale, nous devenons Centre de santé sexuelle, une obligation légale depuis la promulgation de la loi Adrien Taquet en février 2022. Pour la jeune génération notamment, le terme de planification n’était pas forcément lisible et entretenait la confusion avec le Planning familial qui, contrairement à nous, n’assure pas de consultation médicale. Avec cette nouvelle appellation, c’est désormais beaucoup plus explicite. Avec mon équipe de médecins , de sages-femmes dont certaines sont conseillères conjugales et familiales, épaulée par deux secrétaires et une chargée de la coordination administrative, nous réalisons des consultations médicales en lien avec la contraception et l’IVG et répondons à toute question relative à la sexualité. Cela peut aller du simple conseil à la réalisation des IVG médicamenteuses , les échographies de datation de grossesse ou la prescription de contraceptifs en passant par la prévention des IST.

Parmi nos cibles prioritaires figurent bien sûr les publics fragiles et notamment les jeunes adolescentes ou les personnes sans couverture sociale. Nos consultations sont gratuites, confidentielles et sans autorisation des parents pour les mineures. Mais nous ne refusons personne et accueillons aussi des femmes qui pourraient tout à fait passer par la médecine de ville mais qui ont établi au cours de leur parcours avec nous un vrai lien de confiance. Les mineures représentent 10% de notre patientèle, les 20-25 ans la moitié, puis les 40% restants les plus de 29 ans. Je dois dire que nous recevons quelques demandes de jeunes hommes. Notre point fort, c’est d’accueillir tout le monde de façon bienveillante et sans jugement. Au-delà des actes médicaux, nous délivrons un conseil en matière de vie affective et sexuelle, de consentement et de relations de couple. De par la qualité d’écoute que nous instaurons, la parole des femmes se libère. Nous sommes notamment à même de pouvoir détecter les potentielles violences. Enfin, nous sommes aussi un point d’accueil reconnu puisque nous partageons notre expertise auprès d’étudiantes sages-femmes et d’internes en médecine que nous accueillons en stage chaque année. 

Outre nos locaux habituels, situés à la Maison des solidarités du Pont-Vieux, 3 rue du Pont-Vieux à Toulouse, nous intervenons sur tout le territoire avec 28 antennes de proximité. Depuis 2006, les étudiantes peuvent également nous retrouver lors de consultations dans les locaux dédiés à la médecine préventive dans les universités toulousaines. Et c’est nouveau, depuis 2021, nous intervenons aussi auprès des lycéennes dans leurs établissements à Gabriel Péri, Mondran, Ozenne, Revel et Cazères. Nous avons des demandes trés fortes des proviseurs pour intervenir sur d’autres lycées du département .