PORTRAIT

Déodat de Séverac, le Lauragais au cœur Publié le
Date de publication
18 mai 2021

Déodat de Séverac - Saint-Félix-Lauragais
Déodat de Séverac - Saint-Félix-Lauragais (Crédits : Adrien Nowak)
Chapeau

Compositeur et musicien de haut vol, Déodat de Séverac est resté fidèle à son Lauragais natal, où il voit le jour en 1872. À l’occasion des 100 ans de sa mort, de nombreuses manifestations sont prévues dans les prochains mois pour lui rendre hommage.

Corps

Il y a des terres et des paysages qui dessinent durant l’enfance notre patrimoine intérieur. Ce fut le cas pour Déodat de Séverac, né à Saint- Félix-Lauragais, dont l’œuvre est inspirée de cette terre natale.

Issu d’une famille de la noblesse, et bercé dans un univers artistique, le jeune Déodat grandit dans une demeure imposante qui donne – toujours aujourd’hui – sur la place principale du village. À quelques pas de là, il y aussi le château de Saint-Félix-Lauragais, qui offre un panorama sans égal sur la vallée et fait partie du paysage que le musicien chérit. « Déodat est un contemplatif, résume Jean-Jacques Cubaynes, chanteur d’opéra et directeur artistique du festival dédié au compositeur. Enfant, il adore se promener dans les champs alen- tour, observer le soleil et la nature. »

Un buste de Déodat de Séverac a d’ailleurs été érigé en 1924 au pied des remparts du château, face aux Pyrénées.

Ami de Ravel et de Picasso

La réputation et le succès de Déodat de Séverac ont pourtant largement dépassé les terres occitanes.

Après le conservatoire musique puissante fait des étincelles. Il fréquente les grands salons, on le compare à Ravel, il est l’ami de Picasso. Mais la majorité de son œuvre, d’essence impressionniste, rappelle son attachement à ses racines : exemple avec cette suite pour piano Le chant de la terre ou cette autre suite En Languedoc. 

En 1907, il revient même s’installer à Saint-Félix-Lauragais, après qu’il a écrit un mémoire intitulé « La centralisation et les petites chapelles musicales ». « Il s’oppose à cette idée qu’aucune carrière artistique n’est possible en dehors de Paris, explique Jean-Jacques Cubaynes. Il pense qu’il existe une force culturelle dans chaque région, un potentiel artistique qui n'est pas exploité ».

Moderne et anticonformiste, Déodat de Séverac s’installe finalement à Céret (Pyrénées-Orientales), en 1910, au pied du massif du Canigou qu’il aime tant. Il y vivra jusqu'à sa mort le 24 mars 1921, à seulement 48 ans.

Du 25 juin au 25 septembre, exposition Midi-rhapsodie, la musique de Déodat en lumière à la bibliothèque d’étude et du patrimoine, à Toulouse.

Dans le cadre du festival Déodat de Séverac, de nombreux concerts sont prévus cet été.