Partage facebook Partage whatsapp
Paramètrer les cookies Picto cookies
Partager sur les réseaux sociaux Picto réseaux sociaux
Remonter en haut de la page

Sport-santé en Haute-Garonne : des solutions se dessinent !

Date de publication
Publié le 15 novembre 2022
Temps de lecture : 3 min
Miniature
Atelier sport santé à Labège le 8 novembre 2022
© Frédéric Scheiber - CD31
Légende

Atelier sport santé à Labège le 8 novembre 2022

Chapeau

Le sport, c’est bon pour la santé. Encore faut-il pouvoir l’inclure dans son quotidien à tout âge de la vie. Depuis mai 2022, le Conseil départemental s’engage, avec les acteurs de terrain, à élaborer une feuille de route pour déployer le sport-santé. Après l’état des lieux, voici venu le temps des solutions. Retour sur l'un des ateliers organisés le 8 novembre dernier à Labège sous l’égide du Département.

Corps v2

 « Des solutions, il y en a ! », disent d’une même voix les acteurs de terrain. Ils sont éducateurs sportifs, médecins, responsables de structures, bénévoles, et échangent en petits groupes lors d’ateliers participatifs sur invitation du Département de la Haute-Garonne. « Ces ateliers sont très positifs, s’enthousiasme Khalid, docteur en biologie appliquée et coach sportif. On démarre quelque chose de concret. »

Les idées fusent pour développer le sport-santé sur le territoire. Pourquoi ne pas lancer une grande campagne de sensibilisation, sur le même modèle que « Manger 5 fruits et légumes par jour » ? Marie-Pierre, éducatrice sportive formée au sport-santé,  est convaincue de la nécessité d'informer sur ses bienfaits et sur l’existence de formations sport-santé. Elle milite pour plus de transversalité, notamment avec les médecins. « Il faut les sensibiliser pour qu’ils orientent les patients vers les professionnels du sport-santé. Se coordonner pour tous aller dans le même sens. » Julie, chargée de communication dans une association qui gère deux CLAE, un centre de loisirs et deux centres sociaux préconise des parcours sport-santé dans les écoles, sur le même modèle que le parcours laïcité. « Faire connaître et aussi s’informer. Il faudrait élaborer un guide à destination des professionnels du sport-santé qui veulent monter un projet, savoir à qui s’adresser. »   

Mal connu et insuffisamment intégré, le sport-santé doit également sortir des structures sportives. Alain, coordonnateur sport-santé de la Fédération du sport adapté et membre de la Ligue sport adapté Occitanie, travaille depuis 30 ans pour amener l’activité physique vers les personnes en situation de handicap physique ou mental dans les établissements spécialisés. « Les bienfaits sont immenses. Mais il faut des compétences professionnelles, une coordination et une acceptation des responsables ». Quant à Julien, médecin du sport, il promeut l’activité physique dans les établissements de gériatrie et de pédiatrie. 

D’autres solutions toutes simples sont envisagées, comme installer des préaux pour pratiquer librement et par tous les temps, ou encore utiliser les espaces extérieurs urbains et naturels, adapter les horaires d’ouverture des structures existantes. D’autres proposent de changer certains modèles, comme l’attribution des subventions aux clubs sportifs, non plus en fonction du nombre de licenciés mais du nombre d’adhérents. Toutes ces pistes de solutions seront affinées au cours de prochains ateliers participatifs, avant une restitution au premier trimestre 2023. Pour tracer les dispositifs sports-santé du territoire haut-garonnais de demain.

Tags