DOSSIER

L'itinénaire vélo Trans-Garona, de Toulouse à l'Espagne

Date de publication
Publié le 31 mai 2022
Temps de lecture : 2 min
logo européen Interreg POCTEFA
© 
Chapeau

Près de 200 kilomètres. C’est la distance entre Toulouse et les environs de Vielha dans le Val d’Aran, où la Garonne prend sa source. À terme, il sera possible de rallier ce site, à vélo, via l’itinéraire Trans-Garona. Officiellement lancé en 2018, ce projet est un acte fort dans la coopération transfrontalière et le développement du tourisme vert en Haute-Garonne.

Corps v2

Né de la volonté de développer le tourisme vert, tout en renforçant l’attractivité des territoires ruraux et de montagne des deux côtés de la frontière entre la France et l’Espagne, le projet transfrontalier Trans-garona a été lancé le 3 juillet 2018 par Georges Méric, président du Conseil départemental, et Carlos Barrera, l’élu en charge de l’aménagement au Conselh Generau d’Aran.

L’objectif était aussi d’inscrire durablement la coopération transfrontalière entre ces 2 territoires.

Aujourd’hui une partie de l’itinéraire – de 128 kilomètres de long - existe déjà entre Marquefave et Fos. Reste à relier un tronçon au nord jusqu’à Toulouse et au sud, au-delà de la frontière franco-espagnole.

Un parcours cyclable qui offre de nouvelles possibilités d’itinérance en Haute-Garonne, la promesse d’une rencontre avec la diversité des territoires et du patrimoine, et une invitation à la découverte du fleuve Garonne et de ses abords.

Transgarona
© Loic Bel
Transgarona

Un parcours bien avancé

Le Conseil départemental de la Haute- Garonne et le Conselh Generau d’Aran ont œuvré ensemble à la réalisation du tronçon sud de Trans-garona, d’une longueur de 21 km, entre Fronsac et le Val d’Aran. Cette partie, dont la réalisation a débuté à l'été 2020, s'est achevée à l'été 2021 pour la partie française.

Reste pour le Conselh Generau d’Aran à réaliser les trois kilomètres du tronçon côté espagnol. Il est à noter que, dans le Val d'Aran, un réseau de pistes VTT existe jusqu’au nord de Bossòst.

Une fois ce circuit finalisé, la jonction avec le canal des deux mers, via Toulouse sera effective, créant ainsi un réseau cyclable reliant l’estuaire de la Gironde, la mer Méditerranée et les Pyrénées.

Un cofinancement européen

La portion de l’itinéraire prévue entre Fronsac et Vielha est cofinancée à hauteur de 65 % par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER). 

Cette aide européenne s’inscrit dans le cadre du Programme Opérationnel de Coopération Territoriale Espagne-France-Andorre 2014-2020 (POCTEFA), dont l’objectif est de renforcer l’intégration économique et sociale de l’espace frontalier. Le dossier de financement, déposé conjointement par le Conseil départemental de la Haute-Garonne et le Conselh Generau d’Aran en réponse à un appel à projets du POCTEFA, a été sélectionné en novembre 2017.

Le coût global du tronçon Fronsac-Vielha est de 3,58 millions d’euros, financés par le FEDER à hauteur de 2,39 millions d’euros (dont 1,58 million d’euros accordés au Conseil départemental de la Haute-Garonne et 0,81 million d’euros au Conselh Generau d’Aran).

Trans-garona Cierp Fos
© Loic Bel
Trans-garona Cierp Fos
Trans-garona Cierp Fos
© Loic Bel
Trans-garona Cierp Fos