Partage facebook Partage whatsapp
Paramètrer les cookies Picto cookies
Partager sur les réseaux sociaux Picto réseaux sociaux
Remonter en haut de la page

Bagnères-de-Luchon : l'accès à Superbagnères bientôt facilité

Date de publication
Publié le 27 janvier 2022
Temps de lecture : 3 min
Miniature
Pose des poutres du Pont de Ravi
© Romain Saada
Légende

Pose des poutres pour le Pont de Ravi, le 12 janvier 2022

Chapeau

Des travaux ont été engagés autour des ponts de Ravi, sur la RD 46, afin de construire un nouveau pont, d’une portée unique de 60 mètres, d’un gabarit supportant deux voies de circulation et non limité en tonnage. Il facilitera l'accès à la vallée du Lys et au plateau de Superbagnères. Ce chantier, qui a commencé en juillet 2019 devrait durer jusqu'à fin 2022.

Corps

L’accès à la vallée du Lys - ou vallée du Lis - et au plateau de Superbagnères se fait à partir de la vallée de la Pique et des RD125 et RD46. Une voie largement empruntée tout au long de l'année à des fins touristiques et qui permet également l’accès à des espaces forestiers et agricoles ainsi qu’à des ouvrages de production d’énergie hydroélectrique.

Dans le secteur de Ravi, deux ponts franchissent la Pique et le Lys. "Ces ponts sont limités à 19 tonnes, explique Louis Ferré, maire de Bagnères-de-Luchon, cela empêche l'accès à la station de Superbagnères aux bus mais aussi à d'éventuels engins de chantier pour engager des travaux sur la station". Par ailleurs les ponts actuels nécessitent une rénovation mais les études et inspections préalables ont estimés qu'ils n'étaient pas durablement réparables. Les travaux en cours prévoient donc la construction d'un pont franchissant la Pique en une seule fois, à l’aval des deux ponts existants. Ce nouvel ouvrage bénéficiera d’une portée unique de 60 mètres, d’un gabarit supportant deux voies de circulation et il ne sera pas limité en tonnage comme les deux ponts initiaux. Une section routière sera déviée sur 500 mètres afin de raccorder la RD46 à ce nouveau pont.

Pendant toute la durée des travaux, un pont provisoire à une seule voie, est mis en place pour assurer, exclusivement les transferts entre les 2 rives, des matériels et matériaux nécessaires à la construction du nouveau pont. Il sera démonté lors de la mise en service du pont définitif.

Le 15 janvier 2022, les travaux de reconstruction des ponts de Ravi sont entrés dans une nouvelle phase de chantier, la charpente de l'ouvrage principal a été posée, celle du tablier et les travaux des superstructures s'étaleront jusqu'au mois de juin 2022. En parallèle de ces travaux, les parois clouées en surplomb de la future RD 46, la réalisation des derniers murs soutènements et les remblais courants seront réalisés jusqu’à la fin du mois de juillet 2022.

Du mois d’août à fin d’année 2022, une nouvelle étape du chantier consistera à raccorder l’ouvrage, de part et d’autre, aux voiries existantes, la RD 46 côté amont (Superbagnères / Vallée du Lis) et la RD 125 côté aval (Bagnères-de-Luchon / Hospice de France), par environ 800 mètres de chaussées neuves, les travaux d’assainissement et les couches de roulement finaliseront le chantier.

Les différentes phases de chantier concernant la réalisation des terrassements, des murs de soutènement routiers, puis des chaussées conduiront aux mises place successives de plusieurs alternats de circulation durant toute l’année 2022. Dans ce cadre, une signalétique sera mise en place. Plus d’informations, contacter la Direction des Routes : 05 62 00 25 30.

" Cela va sans aucun doute permettre de faciliter les flux liés à l'activité touristique et d'améliorer le quotidien des habitants des vallées concernées ", poursuit Louis Ferré. Il ajoute par ailleurs :"Nous essayons depuis une dizaine d'année de faire passer le Tour de France par Superbagnères, on espère que la restructuration de cette zone nous aidera dans ce projet !"

Ce projet s’inscrit dans le plan pluriannuel d’investissement routier départemental (PPIRD), et permettra d’assurer la continuité de cet itinéraire départemental. Cette opération représente un montant de 8 millions d’euros entièrement financée par le Conseil départemental, qui en assure également la maîtrise d’œuvre.