À LA UNE

Route : le Département expérimente un revêtement innovant et bas carbone

Date de publication
Publié le 5 septembre 2022
Temps de lecture : 2 min
Miniature
Biophalt® : un enrobé innovant à Merville
© Adrien Nowak
Légende

Biophalt® : un enrobé innovant à Merville

Chapeau

Les 30 et 31 août, le Conseil départemental a réalisé des travaux de réfection de la chaussée sur la commune de Merville avec une solution innovante et écologique déployée pour la première fois en Haute-Garonne : Biophalt®. Explications.

Corps v2

Engagé depuis 2017 dans un plan ambitieux pour la transition écologique, le Conseil départemental s’intéresse logiquement aux nouvelles pratiques et matériaux de construction alternatifs au bitume et plus respectueux de l’environnement pour l’entretien et la modernisation des 6 138 km de routes départementales. À Merville, une couche de roulement constituée d'un enrobé végétal, Biophalt®, a donc été posée sur 1,7 km de la RD 17, en substitution de l’enrobé au bitume utilisé jusqu’alors.

Biophalt® relève le défi de la route bas carbone en combinant trois innovations, comme le souligne la société Eiffage : « l’utilisation d’un liant biosourcé, issu de la sylviculture et de coproduits de l’industrie papetière, qui se substitue en totalité au bitume d’origine pétrolière habituellement utilisé ; le recyclage de plus de 40 % d’agrégats d’enrobés issus de la chaussée en place (55% à Merville), qui permet une préservation de la ressource naturelle en matériaux neufs de carrières ; et pour finir, l’abaissement de la température de fabrication, qui limite la consommation d’énergie et réduit les rejets de CO2. »

Une première expérimentation en Haute-Garonne

Développé en 2018 par les équipes Recherche et Développement d’Eiffage Route, Biophalt® été primé en 2019 par le Comité Innovation Routes et Rues (CIRR) dans le cadre de l’appel à projets innovants du ministère de la Transition écologique. Il est expérimenté à Merville et pour la première fois en Haute-Garonne.

Pour ce chantier d’1,7 km, 47 tonnes de CO2 ont été économisées par rapport à une solution traditionnelle, ainsi que 270 tonnes d’extraction de matériaux neufs.

Un suivi sur 2 ans sera réalisé par les services techniques du Conseil départemental et la société Eiffage, afin de mesurer les performances mécaniques du revêtement en situation et d’évaluer son comportement.

Biophalt® : un enrobé innovant à Merville
© Adrien Nowak
Biophalt® : un enrobé innovant à Merville
Tags