RETOUR SUR

31 notes d'été aux couleurs de l'Espagne pour la 22e édition Publié le
Date de publication
31 août 2019

31 notes d'été 2019
La 22e édition du festival 31 notes d'été s'est déroulée du 5 juillet au 31 août 2019. (Crédits : Alexandre Ollier)
Chapeau

Grâce une programmation riche et variée orchestrée par le Conseil départemental, le festival 31 notes d’été se renouvelle chaque année pour proposer des rendez-vous artistiques pluridisciplinaires, gratuits, pendant deux mois, sur tout le territoire de la Haute-Garonne. Pour cette 22e édition, l’Espagne est à l’honneur.

Corps
Video URL

La fréquentation du festival augmente !

  • 5 000 spectateurs à ses débuts > près de 60 000 en 2018
  • Plus de 350 groupes programmés dans un cadre chaleureux et convivial
  • Plus de 2 000 artistes et environ 220 musiciens amateurs
  • 20 visites touristiques en 2003 > 60 en 2019
Text

C’est la manifestation phare de l’été haut-garonnais ! Le festival 31 notes d’été poursuit son inlassable mission de proximité et d’ouverture, tout en assurant son renouvellement année après année. Cette 22e édition, qui célèbre les 80 ans de l’exil républicain espagnol, en offre une illustration parlante. La soirée d’ouverture, concoctée par Vicente Pradal (lire ci-contre), donnera le pouls de cet été aux accents ibériques. Côté musique, le groupe El Comunero interprétera des chants de lutte espagnols version rock-world à Paulhac et Bagnères-de-Luchon, et Rafael Pradal proposera un récital de piano flamenco à Gragnague et Calmont. Côté spectacles, la compagnie Millimétrée jouera une création entre danse et théâtre intitulée Retirada ! La retraite a 80 ans à Laréole et la compagnie La Baraque proposera un bal populaire espagnol à Saint-Bertrand-de-Comminges. En partenariat avec Cinéfol, des films espagnols seront également projetés en plein air à Aureville et Empeaux. En fil rouge du festival, la chanson El Paso del Ebro également connue sous le titre ¡Ay, Carmela!, chanson devenue symbole de la lutte contre le franquisme, sera interprétée et revisitée par l’ensemble des musiciens invités.

 

Entre culture et tourisme

Avec près de 70 concerts et spectacles répartis dan sur 33 villes et villages de la Haute-Garonne, le festival vient à la rencontre de tous les publics. Musiques actuelles ou spectacles de rue, chanson française ou cirque, la programmation de cette nouvelle édition est à la fois riche et variée. Mais 31 notes d’été, c’est aussi l’opportunité d’aller à la découverte du patrimoine haut-garonnais. Une soixantaine de visites touristiques (balades contées, visites guidées, dégustations, animations, etc.) sont également proposées en amont des spectacles par Haute-Garonne tourisme en partenariat avec les offices de tourisme des communes et intercommunalités. Parmi les nouveautés de cette édition : la visite des châteaux de Montlaur et de Launaguet. Mais si le festival se renouvelle, son tarif, lui, reste inchangé : l’ensemble des rendez-vous est gratuit !

 

Ana Morales pour la première fois sur une scène toulousaine

Texte

Vendredi 5 juillet, ils étaient plus de 1300 à l’Hôtel du Département, lors de la soirée d’ouverture du festival. L'événement a été orchestré par l’auteur-compositeur Vicente Pradal, qui a imaginé cette manifestation comme une invitation à découvrir l’Espagne d’hier et celle d’aujourd’hui. Un grand bal Sevillan animé par le groupe Careos a transporté l'Hôtel du département dans le sud de l'Espagne.

Susana Seivane
Susana Seivane, joueuse de gaïta. (Crédits : Alexandre Ollier)
Texte

En second partie de soirée, des artistes de renom Susana Seivane et Ana Morales, étaient pour la première fois sur une scène toulousaine. Susana Seivane, virtuose de la gaita, la cornemuse galicienne, a entraîné le public dans le tourbillon festif de la musique des Celtes d’Espagne laissant ensuite sa place à la danseuse Ana Morales pour un spectacle envoûtant de Flamenco en plein air. Lauréate de trois prix Lorca en 2019, Ana Morales vient de remporter le Giraldillo de oro à Séville, la récompense suprême pour les danseurs de flamenco.

Ana Morales
Ana Morales, danseuse flamenco. (Crédits : Alexandre Ollier)
Text

Rencontre avec le chanteur des Négresses Vertes, pour la clôture du festival

Text

Rencontre avec une danseuse de hip-hop et humoriste

Texte

Nadine Messias, dit Nad'in, est une danseuse hip-hop et humoriste qui donnera une représentation de son spectacle les 3 et 4 août 2019 dans les jardins du château de Laréole.

« Je participe au plateau « elles » : deux soirées proposées par des artistes féminines qui auront lieu à Laréole. Notre premier point commun est d’avoir gagné notre liberté artistique en détournant les contraintes exigées par nos disciplines ; musique, danse, performance circassienne. Le second est l’humour, ADN de tous ces spectacles. Ainsi le collectif Prêt-à-porter présente un concert de chants accompagnés d’accordéon et de banjolélé, mais qui tourne au clownesque. »

Nad'in
Nad'in, danseuse de hip-hop et humoriste. (Crédits : Alexandre Ollier)
Text

« Dans Traverse, cinq comédiennes proposent une performance avec 40 chaises, pour moquer un secteur tertiaire plus proche de la colonie pénitentiaire. Quant à moi, je raconte mon histoire dans Un pas dans ma bulle, une sorte de one woman show entrecoupé par des séances de breakdance. »

 

Rencontre avec une chorégraphe et danseuse de la compagnie La Baraque

Texte

Élisa Martin-Pradal, chorégraphe et danseuse dans la compagnie La Baraque, s'est représentée le 14 juillet 2019 à Saint-Bertrand-de-Comminges.

« « Verbena » veut dire bal populaire en espagnol. Ici, c’est d’abord l’histoire de la rencontre étonnante entre le joueur de tuba Laurent Guitton et le guitariste flamenco Kiko Ruiz, mêlant les sons graves du premier à la délicatesse du second. Puis, Serge Soula, dont la danse est sportive, bien ancrée dans le sol, et moi-même – j’ai suivi une formation classique, contemporaine et un peu flamenca – sommes, en quelque sorte, leurs doubles incarnés sur le plateau. J’ai choisi un décor qui rend hommage par ses couleurs à la république espagnole, avant d’inviter le public à nous rejoindre sur des musiques traditionnelles, comme la sévillane. »

Elisa Martin-Pradal
Elisa Martin-Pradal, chorégraphe et danseuse. (Crédits : Alexandre Ollier)
Text

Retour en images