À LA UNE

Accept, une oasis de tolérance pour les LGBT Publié le
Date de publication
31 mars 2021

Accept association
Chaque bénévole de l'association s'est naturellement approprié une mission. (Crédits : Alexandre Ollier)
Chapeau

L’association Accept est née l’année dernière à Saint-Gaudens de la volonté de sa fondatrice Françoise Lanfant de créer un lieu d’accueil et d’échange LGBT en milieu rural.

Corps

« En milieu rural, tout le monde se connaît de vue, on est vite repéré et stigmatisé et on n’a pas les mêmes possibilités de rencontre qu’à Toulouse. » Quand Françoise Lanfant a débarqué dans le Comminges il y a quelques années, ce constat lui a rapidement sauté aux yeux : plus on s’éloigne de la métropole, plus la discrétion s’impose quand on est LGBT. Encore aujourd’hui. « En tant qu’infirmière libérale et ayant soigné beaucoup de jeunes homosexuels touchés par l’épidémie de SIDA, j’avais été très tôt confrontée au rejet dont ils pouvaient être victimes et m’étais engagée dans la lutte contre l’homophobie, explique cette ex-militante d’Act’Up. En arrivant en milieu rural à l’arrêt de mon activité, j’ai pris conscience que c’était encore plus compliqué. »

« Chacun s’est approprié une mission »

Pour autant, pas question cette fois d’être « dans la provocation ». Place aux méthodes douces. C’est ainsi qu’est né Accept, un lieu d’accueil et d’échange, convivial et inclusif, où chacun peut venir chercher de l’écoute, de l’information, un accompagnement administratif ou psychologique, et même un hébergement d’urgence. « Nous recevons aussi des infirmières scolaires, des travailleurs sociaux ou encore des parents déboussolés face à l’homophobie subie par certains jeunes », indique Françoise Lanfant, qui est aujourd’hui épaulée par 8 bénévoles. « Certains n’avaient jamais fait de bénévolat, souligne-t-elle. Mais finalement, chacun s’est approprié une mission, celle dans laquelle elle ou il était le plus à l’aise. Cela s’est fait très naturellement. » Une mobilisation qui permet aujourd’hui à l’association de développer ses activités, en proposant notamment des conférences et des ciné-débats ouverts à tous.