Vous êtes ici

Lutte contre l'antisémitisme : le Département s'engage pour le vivre-ensemble

1ères Rencontres pour l'égalité

Pour la nouvelle édition des Chemins de la république, le Conseil départemental organise les premières Rencontres pour l’égalité. Du 18 au 22 mars, plusieurs événements sont proposées à Toulouse autour du thème de la lutte contre les discriminations, dont le 18 mars une première grande soirée dédiée à la lutte contre l'antisémitisme. À cette occasion, zoom sur l'antenne toulousaine du Mémorial de la Shoah, qui propose de nombreuses animations, notamment à destination des scolaires.

Depuis 2015, le Conseil départemental s'engage à promouvoir le vivre-ensemble, à travers des propositions concrètes : création du Parcours laïque et citoyen, mise en place de mixité sociale dans les collèges ou encore organisation des Rencontres de la laïcité.

Le Département s’engage par ailleurs à défendre les valeurs qui fondent notre société. Les Chemins de la République ont ainsi été créés il y a deux ans afin de fédérer les acteurs du territoire haut-garonnais dont les actions favorisent le vivre-ensemble, mais aussi d’impulser de nouvelles initiatives. Des expositions, conférences et autres ciné-débats sont ainsi organisés tout au long de l’année, et un banquet républicain se tient désormais tous les 14 juillet à l’Hôtel du Département.

Dans ce cadre, les premières Rencontres pour l'égalité démarrent ce soir, avec une grande soirée dédiée à la lutte contre l'antisémitisme.

  • À 18h30 : visite commentée de l'exposition Les juifs de France dans la Shoah, réalisée par le Mémorial de la Shoah
  • À 20h : table ronde sur le thème « comment lutter ensemble contre l’antisémitisme ? »

Plusieurs intervenants participeront à cette soirée-débat :

Marc Weitzmann : Journaliste et écrivain, auteur de Un temps pour haïr chez Grasset.
Hubert STROUK : Modérateur de la Table Ronde et Coordinateur du Mémorial de la Shoah.
Iannis RODER : Responsable des formations au Mémorial de la Shoah et directeur de l’Observatoire de l’éducation de la Fondation Jean-Jaurès.
Franck TOUBOUL : Président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France).
Jonathan HAYOUN : documentariste. Réalisateur du film Sauver Auschwitz ? et ancien président de l’Union des étudiants juifs de France.

Inscription souhaitée : http://cd31.net/egalite18mars

 

Sur les traces des victimes de la Shoah… depuis Toulouse

Née de la volonté de relayer les activités du Mémorial de la Shoah en région, l’antenne basée à Toulouse propose de nombreuses animations, notamment pour les scolaires. Rencontre avec des élèves de 3e du collège de Saint-Lys ont participé à un parcours de mémoire dans la Ville rose.

En janvier dernier, face à une vingtaine d’élèves regroupés au cœur du monument « Mémorial de la Shoah », dans le quartier du Grand-Rond à Toulouse, Hubert Strouk, coordinateur de l’antenne régionale, entre directement dans le vif du sujet : « Ici, nous allons aborder la question de la persécution des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. » Il raconte leur arrivée massive à Toulouse, leur internement dans les camps de Noé et du Récébédou, les rafles, etc.. Sur le chemin qui mène vers le prochain lieu de mémoire, Laura, élève de 3ème au collège de Saint-Lys, confesse : « En classe, on parle des Juifs, mais on ne sait pas vraiment qui ils étaient. On ne rentre pas dans les détails. » Sa professeure de lettres, Sophie Lescoffit, est la première à regretter le peu de temps consacré à étudier la Shoah. « D’après une étude récente, près d’un quart des jeunes Français n’en ont même jamais entendu parler! » Ses élèves n’en font pas partie. Et pour cause : elle leur fait lire des textes de Primo Lévi et les inscrit aux ateliers pédagogiques « hors les murs » proposés par le Mémorial de la Shoah à Toulouse. « Si on veut savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient, comprendre les mécanismes qui ont conduit à de telles tragédies pour que l’ Histoire ne se répète pas », plaide-t-elle, alors que le groupe fait une halte sur les allées François-Verdier.

Les héros de la résistance toulousaine

 

C’est l’occasion cette fois d’évoquer le rôle de la Résistance toulousaine ainsi que ses héros, célèbres ou anonymes. « Des jeunes d’à peine 20 ans étaient prêts à se sacrifier pour changer les choses, ça fait réfléchir », commente Lohan. Plus loin, au pied de la cathédrale Saint-Etienne, devant le buste du cardinal Jules-Géraud Saliège, il découvre avec ses camarades ceux qu’on appelle les Justes parmi les Nations. « Des gens ordinaires ont fait des choses extraordinaires comme aider des Juifs, c’est important de s’en souvenir », estime Hugo. Le parcours se termine par une visite de la synagogue Palaprat, pour un petit « cours » accéléré sur le judaïsme. « Ce parcours a vocation à apporter un éclairage local à ce que les élèves ont étudié en classe, tout en prenant le temps de répondre à leurs questions », souligne Hubert Strouk. Le Mémorial propose de nombreuses autres activités à destination des scolaires : expositions, projections-débats, visite de lieux de mémoire en région, rencontres avec des témoins, etc. Pour ne pas oublier les horreurs du passé.

 

Page publiée le 18 mars 2019 - vérifiée le 18 mars 2019