Vous êtes ici

Tourisme : une priorité du Conseil départemental

Un enjeu majeur pour les territoires

L’activité touristique représente un enjeu majeur pour le développement et l’aménagement du territoire. Levier pour l’attractivité, il est aussi un levier pour la création d’emplois non délocalisables. Le Conseil départemental vient d’adopter son schéma stratégique pour les quatre ans à venir. Voici les cinq axes à retenir.

L’itinérance douce

Pour répondre à l’essor de la pratique des activités de nature, le Conseil départemental œuvre au développement de parcours de randonnées sur l’ensemble du territoire. C’est ainsi qu’a été créé en juillet 2017 la Via Garona, un itinéraire de 170 km de randonnée pédestre entre Toulouse et Saint-Bertrand-de-Comminges. Deux nouveaux projets sont par ailleurs en cours : le chemin jacquaire entre Conques et Toulouse et le parcours cyclable Trans Garona entre la ville rose et le Val d’Aran, en Espagne. Une plateforme numérique de gestion des sentiers de randonnées est par ailleurs à l’étude.

 

Le tourisme fluvial

Autour de la Garonne, mais aussi du Canal du Midi et plus largement au bord de l’ensemble des cours d’eau du territoire, le Conseil départemental structure une véritable offre fluviale à travers le développement de mobilités douces et la préservation des espaces naturels qui les jalonnent. La mise en navigabilité de la rivière du Tarn est ainsi à l’étude. C’est dans la même optique que les lacs et plans d’eau du département font l’objet d’aménagement.

 

La montagne et le Piémont

Avec la création du syndicat mixte Haute-Garonne montagne qui regroupe les stations de Luchon-Superbagnères, Le Mourtis et Bourg d’Oueil, le Conseil départemental souhaite développer une offre touristique quatre saisons en montagne. Le Département accompagne également le projet de Parc naturel régional Comminges Barousse Pyrénées.

 

L’attractivité culturelle et patrimoniale

Le Conseil départemental assure la gestion et l’animation de nombreux sites culturels : le château de Laréole, le musée de l’Aurignacien, le musée archéologique départemental et le centre culturel des Olivétains à Saint-Bertrand-de-Comminges, mais aussi la Galerie 3.1 à Toulouse ou encore le musée départemental de la Résistance et de la Déportation qui fait actuellement l’objet d’une restructuration. L’objectif du Département est de développer la fréquentation de l’ensemble des sites patrimoniaux du territoire, en les mettant en réseau, avec la création de « routes thématiques » par exemple.

 

L’œnotourisme et les produits du terroir

L’œnotourisme représente un enjeu économique important pour les territoires. Ainsi, le Conseil départemental de la Haute-Garonne, en partenariat avec celui du Tarn-et-Garonne, s’est fortement engagé pour assurer la promotion du frontonnais et ainsi obtenir la labellisation « Vignobles et découvertes ». Une démarche qualité qu’il faut animer et entretenir afin d’obtenir la reconduction de ce label. Le Département se mobilise également pour la valorisation des filières de qualité : ail de Cadours, agneau des Pyrénées ou encore porc noir de Bigorre et haricot tarbais font partie du patrimoine gastronomique haut-garonnais.

 

Micro trottoir

Olivier Muzart

Viticulteur du Château Clos Mignon, à Villeneuve-les-Boulocs

« Cela fait plus de trente ans que nous accueillons les particuliers sur notre domaine. Pendant longtemps, ils venaient simplement acheter du vin pour leur consommation personnelle. Aujourd’hui, de façon générale, ils ont envie de savoir exactement ce qu’ils boivent et mangent. Ils viennent donc pour une dégustation, mais aussi pour visiter les vignes, le chai, nous rencontrer, nous poser des questions sur nos méthodes de culture, la vinification… Nous avons eu à cœur de nous adapter à cette demande et nous sommes même en mesure d’accueillir confortablement des groupes. L’expérience client ne s’arrête pas là puisque, dans le cadre du label Vignobles et Découvertes, obtenu par le vignoble de Fronton l’année dernière, nous développons des partenariats avec les autres acteurs du tourisme local (restaurateurs, traiteurs, gîtes ruraux, centres équestres, loueurs de vélo, etc.) pour prolonger et faciliter le séjour de nos clients dans le Frontonnais. »

 

Sébatien Donay

Fondateur d’Avélo31 – Toulouse Bike Tour, à Ramonville

« Installés au port sud à Ramonville, nous proposons des visites guidées de la Ville rose à vélo ainsi que des locations de vélos pour des balades ou des itinérances le long du Canal du Midi, en direction de Sète, ou du canal de Garonne, vers Bordeaux. L’itinérance est particulièrement prisée ces dernières années. Nous avons de plus en plus de clients étrangers, notamment nord-américains, qui souhaitent découvrir la région en pédalant! Et le bouche-à-oreille fonctionne bien. Le fait que les pistes cyclables et que les plantations le long du canal des deux mers soient régulièrement entretenues sur le territoire de la Haute-Garonne est un vrai plus. Le développement des parcours cyclables va aussi dans le bon sens. Le futur itinéraire Trans Garona (entre Toulouse et le Val d’Aran, en Espagne) notamment, va nous inciter à développer notre activité sur un territoire assez méconnu et ainsi le dynamiser. »

Laurence Soncourt

Guide-conférencière aux Olivétains à Saint-Bertrand de Comminges

« Visiter Saint-Bertrand-de-Comminges, l’un des plus beaux villages de France, c’est faire un grand voyage dans le temps. En un même lieu, on va en effet pouvoir découvrir la cité médiévale, avec son imposante cathédrale romano-gothique, mais aussi les ruines de l’antique cité romaine Lugdunum Convenae, ainsi que la ville basse qui s’y installée par la suite, avec la basilique Saint-Just-de-Valacabrère. Un édifice sobre mais qui me touche beaucoup, et plaît tout autant aux visiteurs puisqu’on y découvre de nombreuses pierres de réemploi, issues de la ville antique. Plus globalement, les visiteurs aiment l’ambiance de paix, de beauté et d’authenticité qui règne à Saint-Bertrand. Ce qui ne l’empêche pas d’être animé, notamment l’été, avec des expositions archéologiques, le Festival du Comminges ou encore le festival 31 notes d’été. »

Page publiée le 11 juillet 2019 - vérifiée le 11 juillet 2019