Enregistrements des épisodes des Colporteurs du Web
Séances d'enregistrement des Colporteurs du Web (Crédits : Pexels)
Chapeau

Les Colporteurs du Web s'invitent chez vous : témoignages, commentaires, débats, avec des acteurs du monde associatif, des historiens, des universitaires pour revisiter les valeurs du vivre ensemble et lutter contre les discriminations.

Corps

Pourquoi les "Colporteurs du web" ?

Le Département a mis en place, depuis 2017, des conférences-débats itinérantes dans le cadre de la programmation des Chemins de la République : né de ces rencontres le terme "Colporteurs de la République". Universitaires, chercheurs, historiens etc. endossent régulièrement le rôle de Colporteur dans des mini-conférences de 30 min, suivies d’un débat, en place publique, sur le marché, la place du village ou avant les concerts du « festival 31 Notes d’été ».

Dans les villages de Haute Garonne les Colporteurs ont ainsi porté multitude de sujets, qu’il s’agisse de l’avènement de la citoyenneté au féminin, de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen jusqu’à la séparation des Églises et de l’État en 1795, ou des luttes exprimées par les paroles du blues et du Jazz, et bien plus encore.

Santiago Mendieta à Laréole
Santiago Mendieta à Laréole, durant l'été 2019, lors d'une conférence Colporteurs de la République (Crédits : Jean-Luc Laronce)

Savoir pour comprendre

Le Conseil départemental a diffusé pendant l'été 2020, 4 épisodes des Colporteurs du web.

Cet épisode a été diffusé le 14 juillet 2020 à 19h30.

Intervenants :

  • Corinne Mariotto, comédienne
  • Christophe Merle, metteur en scène et comédien.

Synopsis

« Veil/Badinter ou du courage et de la conviction en politique », ce sont deux discours inoubliables : celui de Simone Veil, le 17 janvier 1975, sur la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse, et celui de Robert Badinter, le 18 septembre 1981, sur l’abolition de la peine de mort.

Ces deux textes fondateurs de notre modernité et de notre justice sont incarnés au théatre par Corinne Mariotto et Christophe Merle qui font découvrir ou réentendre ces deux plaidoyers inscrits dans nos lois, dont on ose espérer qu’ils sont acquis définitivement…

Les documents :

Discours de Robert Badinter, ministre de la justice, sur l’abolition de la peine de mort, à l’Assemblée nationale le 17 septembre 1981
Discours de Simone Veil du 26 novembre 1974 sur l’IVG
Discours de Jean Jaurès pour l’abolition de la peine de mort en France - 1908

La France reste un pays conservateur où l’hétéronormativité perdure malgré les avancées législatives qui se sont succédées et la parole haineuse anti-LGBT est désinhibée et survisibilisée.». Les chiffres de l’année 2019 révèlent une hausse des actes de haines et de violences envers les personnes lesbiennes, gays, bi, trans et intersexes. La période de confinement a suscité une nouvelle stigmatisation des personnes LGBTQI+, comme d’ailleurs une hausse des discours racistes et antisémites, qui prennent désormais un visage de plus en plus décomplexés en France métropolitaine comme en outre-mer. Comment la communauté LGBTQI a-t-elle traversé la crise du Covid et quels nouveaux défis doit elle désormais relever ?

Intervenant

Diffusion le 28 juillet 2020 à 19h30

De 1962 à 1984, au moins 2 150 enfants réunionnais « abandonnés ou non » et immatriculés de force par les autorités françaises à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales, furent déportés par les autorités dans le but de repeupler les départements métropolitains victimes de l’exode rural comme la Creuse, le Tarn, le Gers, la Lozère, les Pyrénées-Orientales. Ce déplacement d’enfants fut organisé sous l’autorité de Michel Debré qui était à cette époque député de La Réunion.

Cet épisode de l’histoire française, très connu à la Réunion, est communément appelé l’affaire des Enfants de la Creuse ou des Réunionnais de la Creuse.

Intervenantes

  • Valérie Andanson, porte parole de la Fédération des enfants déracinés d'outre-mer
  • Maître Elisabeth Rabesandratana, spécialiste en droit des étrangers et de la nationalité, inscrite au barreau de la Cour Pénale Internationale de la Haye.

Diffusion le 11 août 2020 à 19h30

Diffusion le 13 octobre 2020 à 18h

Plus les années passent, plus les Marches des Fiertés semblent prendre de l'ampleur. L'an dernier, en juin 2019, 50 ans après Stonewall, la banlieue parisienne voyait naître la première Marche des Fiertés, dans un lieu qui pourrait paraitre improbable dans le 93 à Saint-Denis. Une initiative que l’on doit à l’association Saint-Denis Ville au Cœur, fondée en 2017 par des jeunes et des étudiant·es pour « améliorer l’image » de la cité des rois de France ou plutôt celle de ses habitants.

En précisant que Saint-Denis Ville au Cœur n’est pas une association spécifiquement LGBT, Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray exposent les coulisses de cette Marche historique et symbolique pour la communauté LGBT+ française. Cette expérience, à l’initiative de 4 jeunes étudiants, démontre bien qu’il est possible, absolument partout, de vivre ensemble dans l’acceptation de nos enrichissantes différences !

Ce nouvel épisode des Colporteurs du Web : "Banlieusards et Fiers, histoire d'une marche des fiertés" sort à l'occasion de LA PREMIÈRE MARCHE - un film de Hakim Atoui & Baptiste Etchegaray Documentaire / 70 min / France - Date de sortie : 14 Octobre 2020

Dans cet épisode des Colporteurs du Web, retrouvez les réalisateurs :

  • Hakim Atoui, 27 ans, né à Annaba en Algérie n’était pas forcément destiné au Cinéma. Après des études de commerce et plusieurs expériences en distribution (Studiocanal, Warner, Disney..), se lance dans la production de plusieurs courts-métrages (dont Scred en 2017 qui abordait déjà la question de l’homosexualité en banlieue). LA PREMIÈRE MARCHE est son premier documentaire.
  • Baptiste Etchegaray, 35 ans, est né à Paris et a étudié les sciences politiques et le journalisme. Il a été reporter, chroniqueur et producteur à France Inter, où il a notamment signé la série documentaire Les corps intermédiaires à l’été 2013, sur les rencontres amoureuses à l’ère numérique. Passionné de cinéma, il est devenu journaliste pour des émissions consacrées au septième art sur Arte (Court-Circuit) et Canal+ (Tchi Tcha) et chroniqueur sur Radio Nova. Il est le co-auteur d’une biographie de Jean-François Bizot, fondateur du magazine mythique Actuel (« L’inclassable », Fayard, 2017).

et les militants :

Agir ensemble contre les discriminations en Haute-Garonne

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne conscient des attaques portées à différents niveaux contre les valeurs fondamentales de la République et l’affaiblissement du lien social porte la volonté politique de défendre et promouvoir les principes et valeurs républicaines qui fondent le vivre-ensemble.

Media document

Contacts et documents pratiques