À LA UNE

Association VRAC : une épicerie bio et équitable accessible à tous Publié le
Date de publication
12 février 2021

Distribution association VRAC Toulouse 2
Le groupement d'achat permet aux habitants du quartier d'accéder à des produits de qualité à bas prix. (Crédits : Frédéric Scheiber)
Chapeau

Rendre accessible à tous des produits de qualité dans une logique de circuits courts : telle est la volonté de l’association VRAC Toulouse, qui initie des groupements d’achat dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville avec le soutien du Conseil départemental.

Corps

Ce vendredi après-midi, les locaux du centre social situé place Micoulaud ont un air d’épicerie éphémère. Comme chaque mois, plusieurs dizaines d’habitants du quartier viennent récupérer ici les produits alimentaires secs, d’entretien et d’hygiène qu’ils ont commandé auprès de l’association VRAC (Vers un Réseau d’Achat en Commun). La plupart de ces produits de qualité sont issus de l’agriculture paysanne, biologique ou équitable et sont proposés en vrac et à bas prix, pour des groupements d’habitants des quartier prioritaires de la politique de la ville de l’agglomération toulousaine.

« Quand on n’a pas beaucoup d’argent, il est difficile d’avoir accès à de tels produits », rappelle Benoît Gadiollet, président de l’association. Avec ces groupements d’achat – il en existe également à Soupetard, Bellefontaine, Bagatelle et à la Reynerie – ils peuvent se les procurer à un prix correct, grâce à la réduction des coûts intermédiaires (circuits-courts) et superflus (limitation des emballages). «Cela leur permet non seulement de se nourrir sainement mais également d’agir à leur échelle en faveur de l’environnement. » 

A deux pas de lui, Laetitia s’empare justement d’un bidon de liquide vaisselle et commence à verser le produit dans un verre doseur, avant de transvaser dans la bouteille qu’elle a apportée. Puis elle se dirige vers les produits alimentaires secs. « Ce sont vraiment de bons produits et avec le vrac, on prend seulement ce dont on a besoin, ce qui évite le gaspillage », s’enthousiasme-t-elle.

Distribution association VRAC Toulouse
(Crédits : Frédéric Scheiber)

Embarquer tout le monde dans la transition écologique

Parmi les produits alimentaires proposés en vrac, il y a la farine de blé des Moulins de Perrine, une exploitation agricole située à Auriac-sur-Vendinelle qui transforme elle-même ses céréales en produits finis. « Ce groupement d’achat nous permet de toucher des populations qui ne viendraient par vers nous autrement », explique Jonathan Izard, un jeune agriculteur du Lauragais qui vient de reprendre l’exploitation avec ses deux associés. 

En 2021, VRAC Toulouse bénéficiera d’une aide départementale de 10 000 euros. Le Département s’est en outre engagé auprès de l’association VRAC Toulouse pour la mise en relation avec des producteurs et des agriculteurs haut-garonnais, afin d’enrichir son catalogue de produits proposés aux habitants des quartiers toulousains. « Le Conseil départemental s’engage ici à double titre puisqu’il s’agit de rendre accessible à tous une alimentation de qualité tout en soutenant nos agriculteurs locaux et le développement des circuits courts », souligne Jean-Michel Fabre, vice-président en charge du développement durable. « Le monde de demain se construit ici, grâce à ces réseaux qui permettent d’embarquer tout le monde dans la transition écologique ».