REPORTAGE

Associations : le Département vous accompagne Publié le
Date de publication
14 janvier 2021

soutien aux associations
Le Conseil départemental accompagne les associations avec un budget, en 2020, de 23 millions d’euros. (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

Le Conseil départemental a mis sur pied une cellule de conseil à la vie associative dont le rôle est d’écouter, de renseigner et d'accompagner les associations dans leurs démarches.

Corps

Sur l’ensemble du territoire de la Haute-Garonne, 29 000 associations et leurs 270 000 bénévoles font vivre chaque jour le lien social, la cohésion et la solidarité. Face à l’urgence et à la gravité de la situation sociale et sanitaire, elles sont restées plus que jamais fidèles au poste, en première ligne, n’hésitant pas à se réinventer et à prendre de nouvelles initiatives pour répondre aux besoins des publics qu’elles touchent.

Les associations soutenues

« Toutes ces personnes qui acceptent de consacrer du temps, de l’énergie et parfois même de l’argent pour assurer leur conception de l’intérêt général, à une époque où le chacun pour soi prend une part prépondérante, méritent d’être encouragées sous bien des aspects », souligne Jean-Jacques Mirassou, vice-président en charge des sports, de l’éducation populaire et des anciens combattants et délégué sur ce dossier de la vie associative. Le Conseil départemental accompagne les associations avec un budget, en 2020, de 23 millions d’euros. Et à circonstances exceptionnelles, nouveaux moyens exceptionnels : pour les aider à faire face aux difficultés liées à la crise sanitaire, le Département a créé en mars dernier un fonds d’urgence et de soutien au monde associatif doté de 3 millions d’euros, qu’il a décidé, au regard du contexte actuel, de poursuivre et d’abonder à nouveau de 3 millions d’euros.

Appui technique et juridique

Pour continuer à soutenir au mieux ces structures essentielles à la vie des Haut-Garonnais, le Conseil départemental a initié en juillet 2020 une large consultation sur l’engagement bénévole. Objectif : mieux cerner les besoins, les motivations et les freins à cet engagement. Les 1 200 réponses recueillies ont notamment permis de mettre en lumière le difficile recrutement des bénévoles, sur lesquels s’appuient pourtant 94 % des structures interrogées. Considérant les résultats de cette concertation, le Conseil départemental a créé en septembre 2020 une cellule de conseil à la vie associative. Son objectif : faciliter et fluidifier les liens avec les associations en étant la première porte d’entrée dans la collectivité. Concrètement, cette cellule a un rôle d’appui technique et juridique pour accompagner les associations dans la constitution de leur dossier ou tout simplement pour les orienter vers les bons interlocuteurs au sein du Département. Dans les mois à venir, cette cellule animera une série de rencontres avec les associations visant à réfléchir à de nouveaux dispositifs de soutien. Trois chantiers sont déjà prioritaires au regard des réponses à la consultation de l’été dernier : la formation des bénévoles, la valorisation du bénévolat et la mutualisation des moyens avec, en fils rouges, la jeunesse et l’égalité femmes-hommes.

Témoignages

Francine Ancilotto, fondatrice de l'association Oswaldo

« Nous intervenons à domicile auprès des personnes isolées, handicapées, âgées, en fin de vie et de leurs familles pour les accompagner et les soutenir. Nous ne nous substituons pas aux équipes médicales ni aux aides à domicile, notre démarche est complémentaire. Chaque rencontre vaut de l’or ! Mais c’est aussi un vrai don de soi, c’est pourquoi il est difficile de recruter des bénévoles. Pour autant, nous continuons de développer des projets, en faisant par exemple intervenir des professionnels (psychologue, masseuse...), sans aucun frais pour les familles. Il nous faut sans cesse trouver des moyens pour financer nos actions. Heureusement, nous pouvons compter sur un soutien permanent du Conseil départemental. »

Francine Ancilotto
(Crédits : Hélène Ressayres)

Malika Baadoud, directrice de l’association L’école et nous

« L’école et nous a été créée par un groupe de parents d’élèves du grand Mirail pour amener les parents du quartier à s’impliquer dans la vie scolaire et extra-scolaire de leurs enfants. Depuis 2003, nous mettons en place de multiples actions pour répondre aux besoins spécifiques de nos familles (30 % sont monoparentales, beaucoup ne parlent pas bien français...), les accompa- gner, les conforter dans leur fonction parentale, ce qui participe à la prévention de l’échec scolaire. Le Conseil départemental est très présent à nos côtés. Il nous soutient, et nous l’avons soutenu en retour dans le projet de mixité sociale dans les collèges, qui est une vraie chance pour les enfants du Mirail. »

 

Malika Baadoud
(Crédits : Alexandre Ollier)

Sabrina Marquis, fondatrice de l’association La Boutik collaborative KSK

« Après avoir pris conscience de l’impact de mes habitudes de consommation sur l’environnement, j’ai eu l’idée de collecter puis de donner une seconde vie aux vêtements des enfants en les réintégrant dans un circuit local de consommation solidaire. J’ai commencé dans ma salle à manger puis, avec l’aide de notre commune et l'implication d’amis, de parents et grands-parents, l’aventure a pris de d’ampleur et nous avons ouvert une boutique associative ouverte à tous à Portet-sur-Garonne. Nous répondons à un vrai besoin actuel de consommer d’occasion, que ce soit par conviction écologique ou par souci économique. Pour mener à bien un tel projet, le soutien – sous toutes ses formes – des institutions comme le Département est essentiel, notamment pour nous aider à gagner en notoriété et ainsi à nous développer. »

 

Sabrina Marquis
(Crédits : Alexandre Ollier)