Partage facebook Partage whatsapp
Paramètrer les cookies Picto cookies
Partager sur les réseaux sociaux Picto réseaux sociaux
Remonter en haut de la page
SERVICE

L'agriculture en Haute-Garonne

Agriculture en Haute-Garonne
Le Département s'engage auprès des 6 000 agriculteurs et des partenaires du monde agricole. (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

Dans un contexte réglementaire européen, national et régional en mutation, la politique agricole du Conseil départemental se veut volontariste, pour s’adapter au mieux aux besoins des 6 000 agriculteurs et aux partenaires du monde agricole. Près de deux millions d'euros d’aides sont ainsi allouées chaque année, sans compter l’activité de conseil réalisée par le réseau des 28 conseillers agroenvironnement.

Corps v2

Alors que la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) a supprimé la compétence économique des départements, le Département de la Haute-Garonne a mis en place une coordination intelligente avec la Région Occitanie, afin de continuer à mener sa politique d’aide à destination des agriculteurs haut-garonnais. En novembre 2016, une convention entre le Conseil départemental de la Haute-Garonne et la Région, a permis à la grande majorité des aides directes du Département d'être maintenue. 

Cinq grandes orientations ont été adoptées et constituent les axes forts de la politique agricole du Conseil départemental :

  • Accompagner les agriculteurs par un réseau de conseillers agroenvironnement et de techniciens spécialisés.
  • Maintenir un tissu d’agriculteurs sur l’ensemble du territoire, en favorisant en particulier l’installation de jeunes agriculteurs.
  • Valoriser les produits agricoles locaux et améliorer la connaissance du monde agricole par la population locale.
  • Encourager une agriculture plus respectueuse de l’environnement via l’agro écologie
  • Favoriser l’adaptabilité des exploitations agricoles, face aux défis énergétiques, au changement climatique et aux risques sanitaires.


La Surface Agricole Utile (SAU) a diminué de 4 % entre 2000 et 2010 sur l'ensemble du département où un quart des exploitations a disparu. De plus, les 2/3 des chefs d’exploitation ont plus de 50 ans et le revenu agricole moyen est inférieur à la moyenne nationale. Ces constats ont poussé le Conseil départemental à développer des actions pour favoriser l'aide aux exploitants, en protégeant le foncier agricole et en favorisant les installations dans toute leur diversité. La durabilité des exploitations agricoles et le soutien aux territoires les plus fragiles sont également pris en compte. La collectivité poursuit ainsi sa politique de soutien à l'installation de jeunes agriculteurs.

Le Département soutient également l'Association de Défense des agriculteurs en difficulté de la Haute-Garonne (ADAD), à hauteur de 70 % de son budget annuel de fonctionnement. En 2016, l'association est intervenue auprès de 118 exploitants agricoles, dont 50 % sont bénéficiaires du RSA. L’utilisation collective du matériel agricole représente un intérêt économique pour les exploitations agricoles du département. C’est pourquoi, le Conseil départemental poursuit également son aide aux acquisitions de matériel agricole réalisées par les CUMA (Coopératives d’utilisation de matériel agricole).

L'agriculture en Haute-Garonne, c'est

  • 6491 salariés agricoles
  • et 4585 chefs d’exploitation.


Surfaces



La Surface agricole utile (SAU) des exploitations est de 328 005 ha en 2020 soit 52% de la surface départementale, -0,9% par rapport à 2010 (Source : Agreste) :

  • 63% de la SAU est destinée aux les céréales et oléoprotéagineux
  • 31% est destinée aux prairies


Répartition en 2020 des cultures principales :

  1. 38% pour les cérales
  2. 29% pour les prairies (prairies artificielles - dont luzerne -, prairies temporaires, prairies permanentes productives et peu productives, bois pâturés en 2020)
  3. 23% pour les oléagineux

Source : Agreste.


En 2020, le tournesol reste la principale grande culture du département en termes de surface.

EN 2017, la Haute-Garonne était :

  • le 1er département pour le blé dur et le sorgho,
  • le 2eme pour le tournesol
  • et le 3eme pour le soja

Ce classement peut varier d'une année sur l'autre.

Agriculture biologique

Les chiffres en 2021 :

  • 49 101 ha de surfaces en bio et conversion en 2021 (5ème rang régional) + 4,3% par rapport à 2020
  • Part des surfaces bio dans la surface agricole du département : 15,3 % (8ème rang régional)
  • 1 044 Fermes engagées en bio en 2021 (6ème rang régional) +14% par rapport à 2020
  • Part des fermes du département engagées en bio (8ème rang régional) : 18,1 %


La valorisation des productions agricoles passe par un partenariat avec les filières de qualité comme les vins de Fronton, l’agneau des Pyrénées, le Porc noir de Bigorre, le Haricot tarbais, la Gasconne des Pyrénées et l’ail violet de Cadours, des produits sous « signes d'identification de la qualité et de l'origine » (SIQO).

L’AOC ail violet de Cadours

Premier ail en AOC en France, il est reconnaissable par sa peau externe aux stries violettes. Ses caractéristiques sont liées au savoir-faire traditionnel des producteurs (choix de la parcelle, pelage manuel, etc ) ainsi qu’au terroir de Cadours, au sol argilo calcaire. En Haute-Garonne, la profession regroupe 86 producteurs et 6 négociants.


Le porc noir de Bigorre

Le « Porc Noir de Bigorre » appartient à la famille des porcs méditerranéens. C’est un cochon habitué à se déplacer pour se nourrir. Il vit en liberté, en petits troupeaux sur des étendues de prairies et de sous-bois. Son alimentation est basée sur des ressources de son milieu naturel : céréales (provenant de l’aire géographique AOP et sans OGM), herbe et fruits de saison. L’élaboration du « Jambon Noir de Bigorre » est liée aux conditions naturelles, de température, d’humidité et à l’effet de foehn (vent sec et chaud) spécifique à l’aire de l’AOP. Son affinage naturel, d’une durée minimum de 20 mois, va lui permettre d’exprimer sa saveur singulière, son goût délicat et sa texture fondante. Il a obtenu deux appellations d’origine protégées en septembre 2017.

Le Haricot Tarbais

Le Haricot Tarbais étant une plante grimpante, il est très vite associé au maïs dont les hampes lui servent de tuteur. C’est ainsi que les 2 plantes se répandent très rapidement dans la plaine de Tarbes où l’on prend l’habitude de semer un grain de haricot entre deux pieds de maïs. Une production artisanale stricte, maîtrisée et labellisée. Le haricot tarbais est le premier haricot à avoir obtenu, en 1997, le Label Rouge et en 2000, l’IGP (Indication géographique protégée). Le terroir de Bigorre se caractérise par des terres légères et limoneuses, au pH plutôt acide, peu argileuses et assez caillouteuses. De plus, l’utilisation d’une semence certifiée, le respect de pratiques culturales raisonnées (dont le travail du sol et l’écartement entre les rangs) et la récolte manuelle à maturité lui donnent sa qualité.

La volaille du Lauragais

Les volailles sont élevées en plein air sur la ferme à partir de 1 jour et pendant 110 jours en moyenne (81 jours pour le cahier des charges de l’Agriculture Biologique). Elles sont nourries avec de l’aliment fabriqué à la ferme, issu de l’agriculture biologique.

L’agneau des Pyrénées

L’agneau des Pyrénées est en cours d’obtention de l’Identification géographique protégée (IGP), sur un territoire qui regroupe les départements de la chaîne des Pyrénées, dont la Haute-Garonne. À ce jour, 170 éleveurs sont engagés dans la démarche et produisent 7 000 agneaux par an.


L’AOP vins de Fronton

Les vignerons de Fronton cultivent un cépage unique en France, la Négrette. Il s’agit du premier vignoble du grand Sud-Ouest, en part de surfaces d’exploitation, engagé dans une démarche d’agriculture biologique. L’aire d’appellation s’étend sur 20 communes situées dans les départements de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne. Le vignoble a déjà obtenu de nombreuses reconnaissances internationales : le Decanter World Wine Awards avait déjà hissé Le Bouissel au rang de « meilleur vin du monde ». En 2017, c'est toute la région sud-ouest qui avait été récompensée du titre de « meilleure région viticole de l’année » par la revue Wine Enthusiast.

Cette valorisation des productions agricoles s'est accompagnée depuis 2009, de la recherche de débouchés locaux et leur promotion dans le réseau de restauration scolaire avec l'opération MIAM 31. Afin d’aller plus loin dans cette démarche, la plateforme virtuelle Agrilocal31 a vu le jour en 2016 pour faciliter l’approvisionnement des collèges en produits locaux. Gratuite et simple d’utilisation, cette plateforme a référencé en 2018 près de 100 producteurs pour 55 000 euros de produits commandés. 

Le Conseil départemental accompagne le développement de l’agriculture biologique. Cette initiative est complétée par des actions en faveur de la préservation des sols, du développement de l’agroforesterie, de la biodiversité et de la protection de l’eau contre les pollutions.

Afin de prévenir les crises sanitaires, le réseau de conseillers encourage à mieux contrôler les fournitures des exploitations agricoles (alimentation du bétail, eau, engrais, énergies). Ces mesures permettent également d'anticiper les changements climatiques et leurs conséquences économiques sur les exploitations.

En 2016, la collectivité a lancé un programme ambitieux en faveur de l’agro-écologie. Le réseau des conseillers agroenvironnement du Département conseille les agriculteurs sur l’irrigation raisonnée de leurs terres et sur la limitation des pollutions d’origines agricoles (nitrates, traitements phytosanitaires). Environ 650 agriculteurs sont accompagnés chaque année sur l’optimisation des intrants (fumure, traitements, gestion de l’irrigation).

La collectivité aide également les exploitants pour la plantation de haies, une pratique qui permet de favoriser la biodiversité, lutter contre l’érosion des sols et la pollution des eaux. Elle assure par ailleurs une bonne productivité naturelle des sols, par un moindre recours aux engrais et pesticides. 

La qualité des produits issus de l’agriculture haut-garonnaise est également reconnue car 1 exploitation sur 5 bénéficie d’un « signe d'identification de la qualité et de l'origine » (SIQO). La filière agricole, qui représente 6 000 emplois dans l’agriculture et autant dans l’agroalimentaire, génère un chiffre d’affaire annuel de 611 millions d’euros.

Dépliant : Haute-Garonne, un terroir et des produits de qualité

Le Département est partenaire de l'événement Toulouse à Table, l'occasion de faire (re)découvrir la qualité des produits haut-garonnais. Lors du salon, les participants ont pu consulter la brochure "Manger sain les fruits du 31" qui caractérisait le thème du stand de cette édition, stand tenu en collaboration avec Haute-Garonne Tourisme.

Manger sain les fruits du 31

Contacts et documents pratiques

Dépliant : Haute-Garonne, un terroir et des produits de qualité
Eau et santé en élevage
Fiche technique prairies multiespèces
La conversion à l'Agriculture biologique
Manger sain les fruits du 31